Party dans un avion: des influenceuses réagissent et se justifient | 24 heures
/bref

Party dans un avion: des influenceuses réagissent et se justifient

Image principale de l'article Des influenceuses réagissent et se justifient

«On ne pouvait pas s’attendre à ce que ça dégénère comme ça. On voulait juste mentionner qu’on ne s’identifie pas à ce qui s’est passé»: trois influenceuses québécoises réagissent à la vague d’indignation qu'a suscitée la diffusion de vidéos montrant des Québécois faisant la fête dans un avion de Sunwing en direction du Mexique.

• À lire aussi: Voici pourquoi les influenceurs sur le party au Mexique cherchaient de la vaseline

• À lire aussi: Le vol de retour des influenceurs québécois annulé

• À lire aussi: Des influenceurs d’ici dans le trouble

«On n’a pas envie de faire comme si ça ne s’était jamais passé», explique d’entrée de jeu Isabelle Labrecque, qui est elle-même pilote, dans une story Instagram publiée mardi. Elle était accompagnée des influenceuses Anna-Maëlle Laprise et Sandrine Séguin.

«Ce n’est pas les 180 personnes qui ont fait le party, c’est une minorité, se défend-elle. Le terme influenceur a été utilisé, parce qu’on sort d’une téléréalité, c’est click bait.» 

«Il faut vivre avec»  

Les trois femmes, qui ont participé à l'émission de téléréalité L'île de l'amour, accusent les médias ayant relayé les vidéos de faire du sensationnalisme. «J’ai travaillé dans les médias avant [...] et c’est exactement ça. Les trucs ont été exagérés, mais on ne minimise pas ce qui s’est passé sur le vol, by the way. C’était inacceptable», explique Labrecque. 

s

s

s

Les deux autres insulaires de L’île de l’amour martèlent qu’il est «facile de jeter la faute sur les influenceurs», «quand ce n’était pas que des influenceurs» qui se trouvaient à bord de l'avion vers Cancún.

«Il ne faut pas tous nous mettre dans le même bateau. On a été correctes durant ce vol-là», regrette Anna-Maëlle Laprise. «It happened, il faut juste vivre avec, je pense.»

Les trois filles se défendent d'ailleurs d'avoir elles-mêmes brisé les règles, affirmant avoir dormi pendant le vol. 

D’autres «gros noms» présents  

Outre les trois ex-participantes de la téléréalité L'île de l’amour, d’autres influenceurs québécois étaient présents sur le vol. 

Parmi eux, l’entrepreneur et ancien candidat d'Occupation double Karl Sabourin. Dans les derniers jours, ce dernier a pu profiter du soleil mexicain avec sa copine Marilou Audet, comme en témoignent ses stories Instagram. 

Capture d'écran

Deux autres représentants d’OD ont aussi pris part aux festivités du jour de l’An à Tulum: Dragos Calistrus et Kaled Alpo.

L’organisateur se défend  

Malgré les vidéos montrant les fêtards qui font fi des règles sanitaires imposées à bord d’un avion, James William Awad, qui serait l'organisateur du voyage, a écrit sur Twitter que son club privé, le 111, avait respecté «toutes les instructions données par Sunwing» et que son groupe «est A1».

Capture d'écran

Malgré les images relayées sur les réseaux et la controverse dans laquelle le groupe de voyageurs est plongé, Awad affirme d'ailleurs que «ça a valu le coup» (it was worth it, en anglais). 

D’autres participants moins connus semblent aussi profiter à fond de leur voyage, malgré la controverse. 

Captures d'écran

C’est le cas de Cindy-Ann Cyr. «Tout le monde qui nous hate et nous qui vie [sic] notre best life. Continuez de parler de nous, on aime ça», écrit-elle dans une story.

Elle ajoute passer «de beaux moments inoubliables» dans le Sud et non «assise dans le salon avec la famille durant le couvre-feu, à regarder les nouvelles et en étant un mouton qui croit tout ce qu'il lit sur internet».

Pas de crime, se défend un passager  

Un autre passager du fameux vol, un prénommé Michael, a pour sa part soutenu qu'«aucun crime» n'avait été commis à bord de l'avion. 

 «La seule chose qu’on a faite, c’est qu’on a bu. La seule qu’on a faite, c’est qu’on s’est amusée. Et je ne vois personne qui a été blessé, je ne vois personne qui n’a pas été vacciné dans l’avion. Je ne vois pas pourquoi c’est rendu une histoire nationale», s’est-il défendu lors d’une ligne ouverte menée par l’animatrice Élisabeth Crête. 

 Il a aussi affirmé que la plupart des passagers portaient un masque, malgré ce que laissent croire les nombreuses images prises pendant le vol.