Party en avion: l'organisateur du voyage controversé d'influenceurs au Mexique se défend | 24 heures
/bref

Party en avion: l'organisateur du voyage controversé d'influenceurs au Mexique se défend

Image principale de l'article L'organisateur du voyage d'influenceurs se défend
Capture d'écran tirée d'Instagram

James William Awad, l'organisateur du voyage controversé auquel ont participé des influenceurs québécois, a réagi à la controverse, jeudi matin.

• À lire aussi: Des influenceuses réagissent et se justifient

• À lire aussi: Voici pourquoi les influenceurs sur le party au Mexique cherchaient de la vaseline

«J’ai loué un avion privé pour assurer la sécurité de tous. Nous avons aussi pris des mesures additionnelles en demandant à ce que tous les passagers soient testés à Montréal afin d’assurer un voyage sécuritaire, et ce, même si les autorités mexicaines n’exigent pas de test PCR négatif pour entrer dans leur pays», se défend-il dans une déclaration partagée sur Twitter. 

«L’avion a été loué pour mon groupe et mon groupe uniquement», mentionne celui qui dit maintenant «comprendre pourquoi les citoyens peuvent être fâchés à la suite des événements». 

L’homme, déjà mis à l’amende par l’AMF pour avoir exercé illégalement l’activité de courtier en valeurs mobilières, est aujourd’hui à la tête de l’entreprise 111 private club. 

Dans sa déclaration, il affirme ensuite avoir eu des discussions mardi dernier avec Sunwing au sujet du retour de son groupe des voyageurs. Il soutient avoir accepté une série de conditions imposées par le transporteur Sunwing pour que le vol ne se transforme pas une fois de plus en party.

Instagram

Il aurait notamment accepté que des gardes de sécurité soient présents sur le vol. Il aurait également garanti à la compagnie aérienne que le port du masque serait respecté et qu'aucune boisson alcoolisée ne serait consommée.  

James William Awad affirme ensuite qu'il ne pouvait «pas conclure l’entente, puisque Sunwing refusait de fournir des repas aux passagers dans un vol d’une durée de 5 heures.

Il reproche finalement à Sunwing d'avoir annulé le vol de retour sur la base de «présomptions», déplorant que «les autres compagnies aériennes [aient] fait de même».  

À voir aussi  

s

Sur le même sujet