Décès de Don Karnage : «il aidait tellement de jeunes de Montréal-Nord» | 24 heures
/bref

Décès de Don Karnage : «il aidait tellement de jeunes de Montréal-Nord»

BILLET - On dit que les meilleurs partent en premier. Cette formule prend tout son sens avec le décès de Don Harley Fils-Aimé, décédé d’un cancer dans la nuit du 10 janvier. Connu du grand public sous le pseudonyme de Don Karnage, qu’il utilisait comme nom de rappeur dans les années 2000, il a touché des milliers de cœurs dans sa communauté, dont le mien...

• À lire aussi: Montréal-Nord : il faut aussi parler des histoires à succès

J’ai rencontré Don lors d’un tournage du talkshow web Le Donny Show en 2018. Mon père venait de mourir. J’étais arrivée sur le plateau avec un cœur triste, mais le sourire aux lèvres. 

L’énergie de Don avait su me réconforter, comme s’il partageait ma peine. C’était ce genre d’humain : il savait illuminer les âmes les plus tristes.

Il m’avait confié me suivre sur les réseaux sociaux et m’avait dit être fier de voir une femme noire comme moi, évoluer dans les médias québécois et que les jeunes de notre communauté avaient besoin de modèles positifs.

Justement. Ces jeunes. C’était l’essence même de son passage trop court sur Terre.

Un pédagogue passionné   

Fougueux amateur de musique, il était très impliqué comme directeur du centre communautaire Culture X, qui offre gratuitement aux jeunes artistes des ateliers de l’art de la scène.

Don Harley Fils-Aimé, alias Don Karnage

Photo d'Archives AGENCE QMI

Don Harley Fils-Aimé, alias Don Karnage

Il y a enseigné durant plusieurs années l’écriture de chanson et c’est là que la mairesse de l’arrondissement de Montréal-Nord, Christine Black, l’a connu.

Christine Black, photo d'archives

TOMA ICZKOVITS/AGENCE QMI

Christine Black, photo d'archives

«Bien avant mon entrée en politique, j’ai connu Don qui s’impliquait beaucoup auprès des jeunes du quartier. De fil en en aiguille, Culture X était devenu un grand projet», se remémore-t-elle.

«C’était un homme très engagé et généreux de sa personne. Il faisait vraiment partie du paysage communautaire à Montréal-Nord. C’était vraiment un grand homme. C’est ce qui résume ma pensée», poursuit-elle.

Sacha-Wilky Merazil, 27 ans, témoigne aussi de l’impact que Don a eu dans sa vie. 

«Je me souviens lorsque j’étais enfant, mes grandes sœurs l’écoutaient à Musique Plus», dit-il.

«Puis, j’ai voulu me présenter comme candidat aux élections municipales à Montréal-Nord, en 2017 alors que je n’avais que 22 ans. C’est là que notre relation s’est solidifiée. Il m’appuyait parce qu’il voyait en moi un avenir prometteur comme jeune de la communauté haïtienne, et ça, je ne l’oublierai jamais», dévoile-t-il.

Gabriel Champagne, un jeune artiste, m’a écrit pour me partager l’impact positif que Don a eu dans sa vie. 

«J’étais un grand fan lorsque j’étais enfant. C’est grâce à lui que j’ai commencé à rapper», me raconte-t-il.

«Je l’ai côtoyé les trois dernières années. Il m’a énormément aidé et aidait tellement de jeunes de Montréal-Nord. J’ai eu la chance d’être supporté par lui dans les moments où j’en avais grandement besoin», confie-t-il.

Guys, j’aurais pu partager des centaines et des centaines de témoignages comme ceux-ci... Des témoignages de jeunes comme de moins jeunes, car Don enseignait également le français et l’anglais aux nouveaux arrivants. 

• À lire aussi: Ça gagne combien un influenceur? Trois créateurs de contenu répondent à nos questions

La communauté du hip hop en deuil   

Bien avant Dubmatique, Corneille ou encore Sans Pression, il y a eu Don Karnage. Il était le vétéran du hip hop québécois à la fin des années 90 et au début des années 2000. 

Back in the days, son vidéoclip DON ONE passait sur les ondes de Musique Plus et à la radio et à ma connaissance, c’était l’un des premiers artistes noirs à connaître un tel succès commercial, doté d’un son nouveau au Québec. 

Mardi, l’humoriste Renzel Dashington, aussi ancien gérant du chanteur Corneille, nous a remémoré sa popularité au Salon Pepsi Jeunesse, lors d’un Instagram Live à son hommage. 

Le rappeur Sans Pression a également publié sur sa page Instagram : «Straight 2 Heaven, I know cuz you was an angel. Thanks big bro pour tous les conseils.»

C’était bien Don. Le «Don» de soi. 

Merci Don d’avoir touché autant de cœurs. Merci d’avoir fait ressortir le meilleur de tous ceux qui ont croisé ton chemin. Merci d’avoir toujours agi au nom de la bienveillance, car aujourd’hui plus que jamais, elle est essentielle...

Mes plus sincères condoléances à sa femme, ses enfants, sa famille et ses proches.

À VOIR AUSSI

s

s