Taxe pour les non-vaccinés: la «contribution santé» de Legault fait jaser partout dans le monde | 24 heures
/bref

Taxe pour les non-vaccinés: la «contribution santé» de Legault fait jaser partout dans le monde

L’idée du gouvernement de François Legault, d’imposer une «contribution santé» aux Québécois qui refusent de se faire vacciner contre la COVID-19, fait largement réagir. La nouvelle transcende même les frontières du Québec et du Canada, attirant l'attention partout dans le monde. Tour d’horizon.

Impfung, vaccine, vaccino  

Parlez-en en bien ou en mal... en anglais, en allemand ou en italien, mais parlez-en. Des médias internationaux ont parlé de la volonté du gouvernement du Québec, de faire payer les adultes qui refusent de se faire vacciner. 

C'est le cas du média le plus lu d’Allemagne, Bild.

«Froid amer au Québec: les personnes non vaccinées devront payer un supplément», peut-on lire sous le titre, avec, en photo de couverture, un cycliste qui brave le froid en pédalant sur le REV Saint-Denis.

Capture d'écran, Bild

 Au Royaume-Uni, divers médias ont repris la nouvelle, dont The Guardian, qui précise que cette décision survient à la suite de «la démission abrupte» du directeur de santé publique. Le quotidien ajoute que cette mesure a été annoncée alors que la colère grandit face aux dernières mesures de confinement, à l'état du réseau de la santé et à l’administration des troisièmes doses qui tarde. 

Capture d'écran | The Guardian


En France, Le Monde a également rapporté la nouvelle, tout comme le média suisse romand 20 Minutes. Dans les deux cas, on souligne le «fardeau» que sont devenus les non-vaccinés pour le système de santé, déjà fragile, du Québec.

  

Captures d'écran | 20 Minutes et Le Monde

La taxe du gouvernement Legautl a aussi fait l'objet d'une couverture dans des médias aux États-Unis, notamment le réseau d'information en continu CNN, ainsi que le réseau ABC et la radio publique NPR. 

Ailleurs au Canada    

Le chroniqueur du Globe and Mail André Picard est sans équivoque: cette nouvelle taxe est «punitive et inutile».

«Aussi tentant qu’il soit d’imposer une pénalité financière aux non-vaccinés, le projet [...] manque la cible», écrit le chroniqueur. Il y a une mince ligne entre l’incitation et la punition, et, cette fois-ci, le premier ministre la franchit.»

David Duff, professeur à la Peter A. Allard School of Law de l’Université de la Colombie-Britannique, a pour sa part affirmé à CTV qu'en imposant une telle taxe, le gouvernement ne priverait les personnes non vaccinées d’aucun droit. Selon lui, il exigerait simplement «qu’elles paient un prix» pour le risque qu’elles représentent pour le système de santé et la population.

En Alberta, le premier ministre Jason Kenney a voulu rassurer la population sur la possibilité que son gouvernement imite celui du Québec. En direct sur Facebook, il a déclaré que l’imposition d’une telle taxe était une violation des principes canadiens.

«Si nous commençons à emprunter cette voie, pourquoi n’aurions-nous pas une taxe pour les personnes qui font de l’embonpoint ou qui fument?» a-t-il lancé. 

Avec les informations de CTV et du Globe and Mail