Le prochain Call of Duty pourrait arriver plus tôt que prévu en raison des ventes décevantes de Vanguard | 24 heures
/misc

Le prochain Call of Duty pourrait arriver plus tôt que prévu en raison des ventes décevantes de Vanguard

Call of Duty: Modern Warfare
Image courtoisie Activision

Call of Duty: Modern Warfare

Les ventes de Call of Duty: Vanguard, qui seraient jugées décevantes par Activision, pourraient précipiter la sortie du prochain volet de la franchise, affirme un informateur réputé.

• À lire aussi: 15 niveaux de jeux vidéo qui nous aident à nous réconcilier avec l'hiver

• À lire aussi: Call of Duty: Activision poursuit EngineOwning, un logiciel de triche

Ainsi, selon Tom Henderson, qui détient une très bonne feuille de route en termes de fuites sur Call of Duty et Battlefield, le nouveau jeu de la série, possiblement intitulé Modern Warfare II, pourrait voir le jour en octobre.

À titre de comparaison, Vanguard était paru le 5 novembre 2021 et, avant lui, Black Ops Cold War avait été lancé le 13 novembre 2020.

Dans une publication Twitter, Henderson souligne que le Call of Duty de 2022 pourrait être dévoilé à l’été, tout en précisant que la sortie possible en octobre serait attribuable aux «mauvaises performances de vente de Vanguard». Par ailleurs, une «grosse» mise à jour de Call of Duty: Warzone suivrait également rapidement le lancement du nouvel opus.

Comme le rappelle GamesRadar, des rumeurs persistantes indiquent que le prochain titre, développé par Infinity Ward, ramènera la série dans le giron des Modern Warfare et se voudra une suite du reboot datant de 2019.

La campagne du jeu pourrait notamment ramener le personnage du général Shepherd et se dérouler en Amérique latine, mettant de l’avant la lutte contre les cartels. 

Reste aussi à voir si la formule plus traditionnelle de Call of Duty sera bouleversée avec ce nouveau volet, tout particulièrement après Vanguard, qui a très peu dérogé de la formule classique de la franchise.

Chose certaine, on en saura plus dans les mois à venir.

Rappelons que, de son côté, Activision Blizzard a passé la deuxième moitié de 2021 plongée dans la tourmente, après qu’une agence de l’État de Californie ait déposé en juillet dernier une poursuite contre l’entreprise pour «violation des droits civils de l’État et des lois sur l’égalité de rémunération».

Le document faisait notamment état du climat de travail toxique qui régnerait au sein de l’entreprise, ainsi que de nombreux cas de harcèlement et de discrimination à l’endroit du personnel féminin du groupe.


s

s

s

Sur le même sujet