Situation alarmante dans les refuges de la Rive-Sud | 24 heures
/bref

Situation alarmante dans les refuges de la Rive-Sud

Nicholas Gildersleeve, directeur général de La Halte du Coin
Photo d'archives, Alex Proteau/24 heures

Nicholas Gildersleeve, directeur général de La Halte du Coin

À Longueuil, des structures d’accueil pour sans-abri font face à une multiplication des cas de COVID-19, notamment au sein de leur personnel. Une situation critique qui a poussé l'une d'entre elle à fermer ses portes jusqu’à mardi prochain.  

• À lire aussi: Des minimaisons pour lutter contre l’itinérance à Montréal, c’est pour bientôt ?

Au refuge La Halte du Coin à Longueuil, ce sont 19 employés sur 25 qui ont été déclarés positifs à la COVID-19 dans les dernières semaines. «Depuis les Fêtes, ce n’est pas facile», juge Nicholas Gildersleeve, le directeur général de l’organisme qui accueille une soixantaine de personnes par semaine. 

S’il pouvait réussir jusqu’à maintenant à organiser les horaires en conséquence, c'est devenu impossible lorsque cinq employés ont été déclarés positifs au même moment, privant la structure d'un employé de nuit. La décision a donc été prise de fermer les portes du refuge jusqu'à mardi prochain, faute de personnel suffisant. 

• À lire aussi: «Crise humanitaire» dans les refuges pour personnes itinérantes: les cas de COVID-19 explosent

De plus, le taux de positivité à la COVID était de 50% au sein de sa clientèle, assure M. Gildersleeve. Les personnes positives ont été prises en charge par le CISSS Montérégie-Centre, le CISSS de la Montérégie-Est et la Ville de Longueuil. La mairesse de Longueuil, Catherine Fournier, indique pour sa part mettre à la disposition des personnes itinérantes l’aréna Cynthia-Coull dès jeudi soir. Des autobus d’urgence ont été mis à disposition des personnes non infectées par la maladie.  

Le directeur général de l’organisme, qui dit pouvoir être en mesure de rouler jusqu’à mars avec les fonds d’urgence, s’inquiète pour la suite des choses : l’organisme a besoin de davantage de financement afin de pouvoir opérer après la fin des mesures d’urgence. Ce dernier n’envisage toutefois pas de mettre la clé sous la porte, car des solutions seront trouvées, dit-il. Mais la situation n’en demeure pas moins critique.  

Nicholas Gildersleeve, directeur général de La Halte du Coin

Photo d'archives, Alex Proteau/24 heures

Nicholas Gildersleeve, directeur général de La Halte du Coin

«Il ne faudrait pas que d’autres personnes tombent malades» 

Le centre d’hébergement d’urgence pour les 18 ans et plus, l’Abri de la Rive-Sud, accueille trente personnes en situation d’itinérance à moyen ou long terme, et possède neuf lits d’urgence pour des personnes qui viennent la nuit et repartent au matin.  

Pour l’instant, même si 50% des intervenants sont atteints de la COVID-19, l’organisme n’envisage pas de fermeture. «Il ne faudrait pas que d’autres personnes tombent malades», laisse entendre la directrice générale par intérim, Julie Trottier.  

Avant la pandémie, la pénurie de main-d’œuvre était déjà bien présente, ajoute Mme Trottier, qui estime qu’il manquerait de «un à deux intervenants par quart de travail.» 

Jeudi, le refuge ne comptait aucun cas de COVID-19 au sein de sa clientèle, les six cas déclarés positif ayant été envoyés au site d’hébergement d’urgence de l’aréna Cynthia-Coull.  

À VOIR AUSSI

La chirurgie esthétique s'empare de TikTok

s

Sur le même sujet