L'influenceur Lou Leclair fait la promotion du jeûne - ça inquiète des spécialistes | 24 heures
/bref

L'influenceur Lou Leclair fait la promotion du jeûne - ça inquiète des spécialistes

«Pas besoin de nutritionniste.» «100 plant based nutrition «Jeûne intermittent.» Sur Instagram, l’influenceur québécois Lou Leclair-Pronce prodigue des conseils en alimentation, apparemment sans avoir de formation dans le domaine, ce qui inquiète des spécialistes.

• À lire aussi: Voici 8 résolutions alimentaires... qui ne sont pas des régimes

• À lire aussi: Après deux ans de mesures sanitaires qui tapent sur la santé mentale, il faut penser aux jeunes

Une publication de l’influenceur Lou Leclair-Pronce (@louleclair sur Instagram) vantant les vertus d’une longue période de jeûne a fait réagir sur les réseaux sociaux dans les derniers jours.  

On pouvait y lire que l’influenceur qui se spécialise en développement personnel avait atteint un de ses objectifs : ne pas manger pendant 62 heures.  

«62 heures de jeûne FAIT. Sans nourriture, juste de l’eau. On nous a menti. On nous a rendu DÉPENDANT d’un système. Dépendant de la surconsommation», a écrit le jeune homme sous une photo de lui tenant à la main un jus vert. 

Capture d'écran

Il invitait ensuite ses plus de 60 000 abonnés à faire leurs recherches sur le jeûne, «parce que c’est INCROYABLE».

Capture d'écran

La publication a été retirée après avoir été partagée sur le compte Instagram @od_scoop et avoir reçu une vague de critiques.  

La psychologue spécialisée dans les troubles de l’alimentation chez les jeunes, Stéphanie Léonard, perçoit plusieurs menaces dans ce genre de discours.  

«C’est hyper dangereux et inquiétant que des gens comme lui propagent des faussetés aussi énormes. Il faut dénoncer ça haut et fort. C’est bourré de faussetés et de choses qui ne sont pas fondées scientifiquement. Il y a de réels dangers à jeûner et à ne pas donner à son corps ce dont il a besoin pour bien fonctionner», soutient la fondatrice de l’OBNL Bien avec mon corps, qui vise à aider les jeunes à se sentir mieux dans leur corps.  

  • Écoutez le commentaire de Geneviève Pettersen au micro de Benoît Dutrizac sur QUB radio:   

• À lire aussi: Des étudiants nous racontent comment leur vie est bousculée par les mesures sanitaires

La psychologue affirme que ce genre de discours, surtout quand il s’adresse à des jeunes, peut avoir des effets dévastateurs à long terme.  

«Il semble s’adresser à des jeunes. Ça me fâche beaucoup, parce que l’adolescence et le début de la vie adulte sont des périodes de grande vulnérabilité physiologique, physique, et psychologique. Pour les plus fragiles, ça risque d’être un élément déclencheur. Dans la majorité des cas, les troubles alimentaires commencent par un régime et des restrictions. C’est exactement ce qu’il propose», dénonce-t-elle. 

Elle croit également que la confiance des jeunes envers des professionnels compétents risque de s’effriter.  

«Même si on rectifie le tir, ça va ébranler les jeunes parce que ça aura eu l’air d’une solution pendant quelques heures. Quand ils vont s’apercevoir que ce n’est pas vrai, c’est comme si on leur enlevait quelque chose. Ils vont se méfier des autres solutions que les professionnels vont conseiller», explique-t-elle.  

Sur Instagram, d'autres experts et personnalités publiques ont réagi pour dénoncer ces propos.

  • Écoutez l’entrevue de Marilou Ouellet, docteure en psychologie et chercheuse sur les troubles du comportement alimentaire

Le nutritionniste Bernard Lavallée, qui gère la page @nutritionnisteurbain, a posté samedi une image dans laquelle il déclare que «inciter des adolescent.e.s de 12 à 17 ans à se restreindre de manger devrait être considéré comme un crime» - sans toutefois nommer directement Lou Leclair-Pronce. 

• À lire aussi: Des jeunes isolés en centre jeunesse, loin de leurs familles

De son côté, Caroline Huard (alias @loounie), qui anime le balado À plat ventre : la culture des diètes avec Loounie, a écrit à od_scoop pour dénoncer le fait «qu’un individu profite autant de la vulnérabilité des gens, sans formation». 

Capture d'écran/ Instagram

Au moment d’écrire ces lignes, Lou Leclair-Pronce n’avait toujours pas répondu à notre demande d’entrevue.  

• À lire aussi: La viande coûte trop cher? Voici comment la remplacer par des protéines végétales  

À VOIR AUSSI     

s

s