Les ponts de glace vivent leurs dernières années | 24 heures
/environment

Les ponts de glace vivent leurs dernières années

Eric Allard, propriétaire du pont de glace reliant Lefaivre à Montebello
Courtoisie

Eric Allard, propriétaire du pont de glace reliant Lefaivre à Montebello

Il est de plus en plus complexe et hasardeux d’entretenir des ponts de glace à cause des variations de températures induites par les changements climatiques, déplorent des propriétaires qui se résignent à l’idée de les voir disparaître. 

• À lire aussi: Les Jeux de Pékin carboneutres, vraiment?

• À lire aussi: Les stations de ski dépendantes de la neige fabriquée

En Montérégie, le pont de glace qui permettait de traverser la rivière Richelieu entre St-Antoine-de-Richelieu et St-Denis-sur-Richelieu a été fermé il y a cinq ans.  

«On avait de la difficulté à assurer la sécurité», explique le nouveau maire de St-Denis-sur-Richelieu, Jean-Marie Bousquet. 

D’année en année, les précédentes équipes remarquaient une diminution des jours d’utilisation causé par plusieurs épisode de redoux. 

M. Bousquet aimerait bien raviver le pont de glace, mais demeure pessimiste quant à cette possibilité. «Il faudrait vraiment qu’il y ait des gros changements climatiques favorables à ça», indique-t-il. 

Des saisons très courtes 

Entre 2016 à 2021, le pont de glace qui relie Oka à Hudson (photo) a été ouvert en moyenne 12 jours par année

Courtoisie

Entre 2016 à 2021, le pont de glace qui relie Oka à Hudson (photo) a été ouvert en moyenne 12 jours par année

Un peu plus à l’ouest, le pont de glace qui relie Oka à Hudson a été ouvert en moyenne 12 jours par année, entre 2016 et 2021, et il a été fermé durant trois hivers durant cette période. 

L’infrastructure n’était pas assez sécuritaire pour ouvrir. 

Son propriétaire, Claude Desjardins, est un connaisseur en la matière. Il s’occupe de ce pont de glace depuis plus de 22 ans. De 2010 à 2015, la durée moyenne de la saison frôlait les 40 journées. Le pont de glace n’a pas ouvert durant un seul hiver à cause du temps doux.  

Après des mauvaises années, il se réjouit que Dame Nature semble favorable aux ponts de glace en cet hiver 2022 particulièrement froid. «Ça risque d’être une très bonne saison. Cette année, c’est le scénario rêvé», mentionne M. Desjardins. 

Garder ses clients en hiver 

• À lire aussi: L'hiver dans 20 ans: de plus en plus complexe d’entretenir les patinoires

Eric Allard, propriétaire du pont de glace reliant Lefaivre à Montebello

Courtoisie

Eric Allard, propriétaire du pont de glace reliant Lefaivre à Montebello

Eric Allard, nouvellement propriétaire du traversier qui relie la ville de Lefaivre, en Ontario, à Montebello en Outaouais, aménage aussi un pont de glace l’hiver. «Le pont de glace, c’est juste une accommodation. Si on calcule les heures qu’on met là-dessus, ça ne vaut pas la peine», indique-t-il. 

Selon lui, dans 20 ans il «n’y aura plus» de pont de glace. «On n’a plus les hivers qu’on avait où l’on avait 16, voire 18 pouces de glace», ajoute-t-il. 

Afin de garantir la sécurité de tous, la glace doit avoir une épaisseur minimale de plus de douze pouces selon les propriétaires consultés. Le consortium de climatologie régionale Ouranos prévoit d’ailleurs que l’hiver dans 20 ans sera marqué par une hausse de température de 2,5°C au sud, au centre et dans le golfe du Saint-Laurent. 

«Par moment, je me dis : est-ce que j’ai fait ça pour rien ?», s‘interroge M. Allard qui anticipe une saison 2022 de quatre semaines. «J’aimerais que ce soit plus, mais je dois être réaliste», dit-il. 

À VOIR  

Les habitants de l'île Verte privés de leur pont de glace

s

Sur le même sujet