Anniversaire du 24 heures : 5 dossiers marquants publiés au cours de la dernière année | 24 heures
/bref

Anniversaire du 24 heures : 5 dossiers marquants publiés au cours de la dernière année

Le 24 heures version hebdo célèbre son premier anniversaire. On a eu envie de souligner l'occasion en revenant sur cinq dossiers d'impact publiés au cours de la dernière année, et qui ont fait l'objet de numéros particulièrement marquants.

Ils sont tous accessibles en ligne : suivez les hyperliens si vous voulez en savoir plus! 

1. Parler de santé mentale avec sérieux, mais aussi avec espoir
6 mai 2021 

Illustration Ana Roy

Ce numéro est né d’un témoignage de notre reporter Élizabeth Ménard. «J’ai choisi de m'ouvrir sur les difficultés de santé mentale que j'ai rencontrées après des mois de confinement et sur la lumière au bout du tunnel que j'ai entrevue quand j'ai décidé d'en parler», dit-elle aujourd’hui, en revenant sur son histoire qui avait été publiée en page 3 de notre journal.  

Élizabeth Ménard

Joël Lemay / Agence QMI

Élizabeth Ménard

Il s’agissait du point de départ d’un dossier qui fournissait plein de pistes de solutions et de lueurs d’espoir à nos lecteurs pour leur rappeler que de l’aide, il y en a. Nous tenions à fournir des outils simples à utiliser pour savoir comment aller la chercher, ce que nous avons fait notamment en publiant une page graphique expliquant les diverses options possibles selon sa situation. 

Le but était aussi que les gens sachent qu’ils ne sont pas seuls.  

«Vous avez été nombreux.ses à m'écrire et à vous confier à moi après cette publication. Bien humblement, je suis heureuse d'avoir contribué à cette conversation. Je sens qu'on a fait beaucoup de chemin, en 2021, pour déstigmatiser la santé mentale», conclut Élizabeth Ménard.  

La une, réalisée par l’illustratrice Ana Roy, a aussi été un des coups de cœur de l’équipe cette année.  

L'illustratrice Anabel Roy, alias Ana Roy

Joël Lemay / Agence QMI

L'illustratrice Anabel Roy, alias Ana Roy

2. Donner la parole aux membres des communautés autochtones
17 juin 2021 

Illustration Star Horn

L’année 2021 a mené à une grande prise de conscience collective en lien avec les injustices subies par les personnes autochtones au Canada, surtout à partir du moment où les restes de 215 enfants ont été retrouvés sur le site de l’ancien pensionnat de Kamloops.  

En réalisant un numéro à ce sujet, c’était important pour nous de donner la parole aux personnes les plus directement touchées par ces enjeux. Merci à Daphné-Anne Olepika Takpanie Kiguktak, Isabelle Chapadeau, Natasha Kanapé Fontaine, Shina Nova, Bruno Rock, Patrick Shannon et Jaymyn La Vallee, qui ont signé des textes ou nous ont accordé des entrevues.  

Daphné-Anne Olepika Takpanie Kiguktak

Joël Lemay / Agence QMI

Daphné-Anne Olepika Takpanie Kiguktak

Sans oublier bien sûr l’illustratrice Star Horn, qui a réalisé la une forte en symbolique de cette semaine-là.  

«Au fil des conversations [avec les intervenants], j’ai réalisé toute l’importance de mettre les voix et les enjeux autochtones à l’avant-plan dans l’espace public et médiatique pour défaire les injustices systémiques auxquelles les personnes issues de ces communautés font face au quotidien», commente notre reporter Andrea Lubeck, qui a coordonné le dossier.  

«C’est aussi important de le faire pour mettre en lumière toute la beauté de ces cultures millénaires, dont on pourrait certainement tirer des leçons», ajoute-t-elle.  

3. Une visite aux îles de la Madeleine, pour documenter les impacts des changements climatiques
23 juin 2021 

Photo Jérôme Hôt

Les îles de la Madeleine sont aux premières loges des changements climatiques, qui s’y font déjà ressentir très concrètement, avec l’érosion des berges qui s’accélère.  

Notre reporter Alexis Magnaval s’est rendu sur place pour documenter la progression du phénomène, à l’aide d’images inédites prises avec un drone. «La chose la plus frappante quand on évoque l’érosion avec les Madelinots, c’est à quel point tous se sentent concernés, peu importe leur âge. Même les plus jeunes ont vu des paysages changer en moins de deux décennies», rapporte-t-il. 

Vous pouvez voir la version vidéo de son reportage ci-dessous.

s

Il s’est aussi entretenu avec des jeunes qui sont tombés en amour avec les îles, pas juste pour y aller en vacances l’été, mais carrément pour s’y établir et y lancer une entreprise. «Ils étaient super enthousiasmés par leur projet et voyaient les îles comme un nouveau territoire à conquérir plutôt qu’un archipel qui se dépeuple et vieillit», se souvient Alexis.  

Ce genre de dossier marque l’élargissement du mandat du nouveau 24 heures, qui est de couvrir l’actualité à la grandeur du Québec, plus seulement à Montréal. 

4. Un numéro «coup de poing» pour les élections fédérales
2 septembre 2021 

Illustration Kevin Massé

La communauté scientifique s’entend pour dire que l’humanité est à l’aube de retombées climatiques cataclysmiques. C’est ce qui a mené à la création de notre section Urgence climat, mais aussi à la publication de ce numéro, quelques semaines avant les élections fédérales.  

Malgré les catastrophes qui se déroulent partout dans le monde – notamment les feux de forêt dans l’Ouest canadien –, on aurait pu s’attendre à ce que les partis politiques aient des propositions ambitieuses pour lutter contre les changements climatiques. Or, ce n’était pas le cas : c’est ce sur quoi nous avons voulu mettre la lumière dans ce numéro, illustré par notre graphiste Kevin Massé.  

«Cette une coup de poing a montré les couleurs du 24 heures : un média qui n'a pas peur d'utiliser les vrais mots pour décrire l'urgence climatique face à laquelle nous nous trouvons», résume Élizabeth Ménard, cheffe de notre section Urgence climat.  

5. Les étudiants victimes de la crise du logement, un dossier qui résonne jusqu’à l’international
23 septembre 2021  

Illustration Geneviève Lebleu

La crise du logement fait des victimes dont on n’entend pas souvent parler : les étudiants. Ils étaient nombreux au début de la session d’automne à ne pas avoir réussi à se loger convenablement à Montréal, même si cette ville est pourtant conseillée aux étudiants internationaux pour l’abordabilité de ses logements.  

Dans ce numéro, on leur a donné la parole en plus de révéler des chiffres indiquant qu’un étudiant sur trois vit dans un appartement vétuste, voire dangereux, à Montréal.  

Ce dossier a résonné fort : il s’est même taillé une place dans le Courrier International, qui en a repris de bonnes parties sur son site web.  

«Même dans une ville réputée à l’échelle mondiale comme étant intéressante pour les étudiants, des milliers d’universitaires sont contraints de payer des loyers qui ne correspondent pas à leurs revenus et à leurs prêts en raison du manque de logement abordable», relate notre reporter affecté au logement, Guillaume Cyr, qui a écrit une bonne partie du dossier. 

L’illustratrice Geneviève Lebleu signait pour l’occasion une superbe une, remplie de petits détails avec lesquels les étudiants et étudiantes de la métropole sont bien familiers (on se rappelle tous de notre première rencontre avec une scutigère).  

*

Vous êtes plus du genre «numérique» que «papier»? Suivez-nous sur Instagram et TikTok!

À VOIR AUSSI  

s