Changements climatiques: un prix réel pour la santé des Canadiens | 24 heures
/environment

Changements climatiques: un prix réel pour la santé des Canadiens

Image principale de l'article Un prix réel pour la santé des Canadiens
Photo d'archives

Les changements climatiques ont des répercussions importantes sur la santé des Canadiens ,et plus particulièrement sur les communautés les plus vulnérables, selon un rapport de Santé Canada publié mercredi.

Intitulé «La santé des Canadiens et des Canadiennes dans un climat en changement: faire progresser nos connaissances pour agir», le rapport vise à encadrer l’élaboration de politiques pour protéger la population contre ces effets. 

• À lire aussi: La pollution plastique a atteint «toutes les parties des océans»

• À lire aussi: La calotte glaciaire du Groenland a perdu 4700 milliards de tonnes en 20 ans

«Les nouvelles conclusions du rapport sur les impacts sur la santé des Autochtones, l'équité en matière de santé et la santé mentale, entre autres, nous aideront à faire en sorte que nos stratégies d'adaptation soient efficaces et équitables», a déclaré par communiqué Jean-Yves Duclos, ministre de la Santé. 

Les aînés, les enfants, les populations racisées, les membres des communautés autochtones, mais aussi les personnes à faible revenu ou atteintes de problèmes de santé chroniques subissent ainsi davantage les contrecoups des changements climatiques. 

Et cette situation climatique pourrait aussi avoir une incidence directe sur la santé mentale des Canadiens. «Il est clair que les préoccupations liées aux changements climatiques ont augmenté le niveau de stress et affecté la santé mentale des membres de la population canadienne», a soutenu la ministre de la Santé mentale et des Dépendances et ministre associée de la Santé, Carolyn Bennett. 

En plus d’augmenter le risque de maladies infectieuses, comme la maladie de Lyme, les changements climatiques pourraient également perturber les prestations de services et de soins lors de conditions météorologiques extrêmes et de catastrophes naturelles. 

«Ce rapport montre très clairement que les changements climatiques ont des coûts de plus en plus élevés sur notre santé, notre environnement et notre économie», a avancé Steven Guilbeault, ministre de l'Environnement et du Changement climatique. 

«Les répercussions des changements climatiques sur la santé imposent un fardeau économique important sur les citoyens et les institutions. Ce fardeau évalué à plusieurs dizaines de milliards de dollars par année va continuer de s'accroître à défaut d'une adaptation efficace par nos gouvernements», a ajouté Céline Campagna, chercheuse d'établissement à l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et co-auteure du rapport. 

Les communautés autochtones en première ligne 

Les membres des Premières Nations ne sont particulièrement pas épargnés par les changements climatiques perçus au pays, qui nuisent à la disponibilité et à la qualité de l’eau douce, mais aussi des aliments traditionnels. 

Des conditions qui affectent la santé mentale et le bien-être spirituel de ces communautés, tout en dénigrant leurs connaissances et leurs modes de vie, selon le rapport de Santé Canada.

• À lire aussi: On ne sait rien de l’impact sur la santé du brûlage de déchets à ciel ouvert dans le Nord

«Ces peuples entretiennent un lien spirituel étroit avec la terre, et leur savoir ancestral tout comme leur contribution sont essentiels à la mise en place de mesures novatrices d'adaptation aux changements climatiques qui protégeront les communautés autochtones contre les dangers climatiques», a expliqué la ministre des Services aux Autochtones, Patty Hajdu. 

Des solutions déjà esquissées 

La réduction des émissions de gaz à effet de serre est ainsi perçue comme l’une des clés pour contrer ces effets néfastes sur la santé des Canadiens et l’économie du pays. Rappelons que le Canada a pour objectif d’atteindre la carboneutralité d’ici 2050. 

«Le verdissement des milieux de vie, la déminéralisation des surfaces, la protection des sources d'eau et des rives, l'adaptation des bâtiments et un aménagement du territoire mieux contrôlé sont toutes des solutions à la portée des institutions publiques, privées ou communautaires pour améliorer la santé des populations les plus défavorisées dans un contexte de climat en changement», a soulevé David Demers-Bouffard, co-auteur du rapport de Santé Canada. 

Ce rapport survient après une année climatique mouvementée au Canada, particulièrement pour l’ouest du pays qui a été touché par d’importants feux de forêt et des inondations en l’espace de quelques mois.