Employés envoyés chez une patiente raciste: un député demande au gouvernement d'intervenir | 24 heures
/bref

Employés envoyés chez une patiente raciste: un député demande au gouvernement d'intervenir

Notre enquête sur le traitement réservé à des employés de couleur au CLSC de Montréal-Nord a fait réagir le député de Viau, Frantz Benjamin, qui a qualifié la situation d’«inacceptable» en commission parlementaire. Il appelle le gouvernement à remédier à la situation.

Rappelons que des employés du CLSC nous ont raconté avoir été envoyés à répétition depuis plusieurs années prodiguer des soins à une patiente aux comportements racistes, et que les pistes de solution suggérées par le syndicat n’ont pas été mises en place par l’employeur, selon les diverses sources à qui nous avons parlé.

• Pour lire le reportage complet: Des employés envoyés chez une patiente raciste par le CLSC de Montréal-Nord

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

«Ça m’a beaucoup choqué. J’étais choqué parce que ce sont des personnes qui donnent leurs compétences et leur savoir être, et de voir qu’ils peuvent être traités de la sorte par des gens qu’ils soignent, c’est choquant», a affirmé au 24 heures le député libéral.

Frantz Benjamin

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Frantz Benjamin

Le porte-parole de l’opposition officielle en matière de travail demande au ministre du Travail, au ministre de la Santé et des Services sociaux ainsi qu’au ministre responsable de la Lutte contre le racisme d’agir. 

«Je compte revenir à la charge la semaine prochaine, dans une deuxième commission parlementaire, si des solutions ne sont pas trouvées rapidement par rapport à cette situation. Je demande à ces ministères qu’ils prennent leurs responsabilités et qu’ils s’assurent de protéger les personnes qui font l’objet d’attaques racistes», affirme M. Benjamin. 

Les critiques du député quant à la gestion de la situation par le CIUSSS ne sont pas tendres; il estime que la Charte des droits et libertés de la personne et les lois contre le harcèlement ne sont pas respectées.

«C’est inacceptable que l’employeur ne prenne pas tous les moyens, je dis bien tous les moyens, pour sortir de là [les employés de couleur] et pour les protéger», dénonce-t-il.

«Là, c’est au gestionnaire du CIUSSS du Nord-de-l’île-de-Montréal de faire appliquer la loi et de protéger ces personnes qui sont encore exposées à ce genre de situation. Le CIUSSS doit faire ses devoirs dans les meilleurs délais», plaide-t-il. 

Rappelons que le CIUSSS a refusé de nous donner sa version des faits concernant ce cas précis. 

• À lire aussi: Allégations de racisme et de discrimination dans une usine de Tesla

La Ligue des Noirs du Québec dénonce la «mauvaise foi»

En décembre dernier, la Ligue des Noirs du Québec avait reçu une plainte officielle d’une employée du CLSC Montréal-Nord, qui avait exposé le harcèlement et le racisme qui avaient cours dans son milieu de travail.  

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

«Dans les circonstances où l’employeur a refusé de suivre les recommandations [du syndicat], on peut parler de mauvaise foi», fait valoir Max Stanley Bazin, président de la Ligue des Noirs du Québec. 

«On a contacté le syndicat et on a fait valoir notre position dans ce dossier. Si nécessaire, je vais contacter le ministre responsable de la Lutte contre le racisme. Je n’aurai aucune hésitation à le faire. Le gouvernement a déjà suivi plusieurs de nos recommandations et je ne peux pas croire qu’il n’agira pas de façon proactive», note-t-il.

M. Bazin ne se dit pas surpris par cette histoire et affirme que le racisme subi par les employés du CLSC de Montréal-Nord est loin d’être un cas isolé.

«Fort malheureusement, je vous dirais que c’est une situation récurrente. Ce n’est pas la seule plainte qu’on a reçue dans le domaine», confirme-t-il. 

• À lire aussi: Enfin, plus de femmes noires en politique au Québec

M. Benjamin abonde aussi en ce sens.

«Dans d’autres établissements de santé, je ne doute absolument pas que cela existe. Dans la communauté, il y a des choses qu’on nous raconte, des confidences et des anecdotes similaires à cette histoire et aujourd’hui il est grand temps qu’on aille au fond des choses», conclut-il. 

À VOIR AUSSI

s