Rapport sur le marché locatif (SCHL): Voici les régions où les loyers ont augmenté plus qu'à Montréal | 24 heures
/bref

Rapport sur le marché locatif (SCHL): Voici les régions où les loyers ont augmenté plus qu'à Montréal

Image principale de l'article Quels sont les régions avec la plus forte hausse?
Photo Agence QMI, Joël Lemay

En 2021, les loyers dans les régions du Québec ont grimpé en flèche. À Gatineau, par exemple, le prix moyen pour un appartement de deux chambres a connu sa plus forte hausse en plus de 30 ans. 

• À lire aussi: Pour 800 000$, vous pouvez acheter cette maison délabrée et en ruine du Mile End

Au début de chaque année, la Société canadienne d’hypothèques et de logements (SCHL) présente son rapport sur le marché locatif qui dévoile les grandes tendances de la dernière année en matière de logement.  

Ainsi, en 2021, c’est dans la grande région du Saguenay que l’augmentation des loyers a été la plus forte (7,1%), suivie de près par Gatineau (6,4%) et Sherbrooke (4,7%), tandis que Montréal (3,9%) et Québec (2%) demeurent moins élevés.  

Même s’il y a eu un record de nouvelles constructions — 33 000 en 2021 (environ 20 000 dans le grand Montréal) contre 6000 en 2014 — la demande demeure aussi forte en région, entre autres parce que les gens migrent de la métropole vers la banlieue, selon Francis Cortellino, économiste du marché immobilier à la SCHL. 

Francis Cortellino, économiste à la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL).. COURTOISIE TVA NOUVELLES

Courtoisie TVA Nouvelles

Francis Cortellino, économiste à la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL).. COURTOISIE TVA NOUVELLES

• À lire aussi: Québec solidaire dévoile un guide pour survivre à la crise du logement

Des taux d’inoccupation préoccupants  

Par ailleurs, plusieurs régions du Québec connaissent de faibles taux d’inoccupation, autour de 1%. Or, en dessous du taux d’équilibre symbolique de 3%, il peut y avoir une pénurie de logements, ce qui peut faire grimper les loyers, ajoute l'économiste de la SCHL. 

«À 1%, on peut quand même penser que c’est une situation qui est très difficile et que les gens sont moins enclins de déménager par crainte de ne pas être capables de se retrouver quelque chose», explique M. Cortellino. 

Pour Montréal, la baisse du nombre d’étudiants étrangers et de nouveaux arrivants au centre-ville a fait en sorte que le taux d’inoccupation (3,7%) demeure élevé. 

• À lire aussi: «Mauvais propriétaires»: Montréal se dote d'un registre des loyers

Voyez comment les loyers ont augmenté bien plus rapidement en région qu’à Montréal ou Québec*:  

Gatineau  

«Depuis la dernière enquête, la variation estimative du loyer moyen des appartements de deux chambres a augmenté de 6,4 %. Il s’agit de la plus forte hausse enregistrée depuis le début de notre enquête, soit depuis 1990», lit-on dans le rapport.       

  • Taux d’inoccupation : 1,1%       
  • Loyers moyens (4 1⁄2) : 950$ à 1035$ (6,4%)             

Sherbrooke   

  • Taux d’inoccupation : 0,9%       
  • Loyers moyens (4 1⁄2) : 671$ à 727$ (4,7%)             

Saguenay   

  • Taux d’inoccupation : 1,7%       
  • Loyers moyens (4 1⁄2) : 664$ à 700$ (7,1%)             

Trois-Rivières   

  • Taux d’inoccupation : 0,9%       
  • Loyers moyens (4 1⁄2) : 621$ à 658$ (3,9%)             

Québec   

  • Taux d’inoccupation : 2,5%       
  • Loyers moyens (4 1⁄2) : 899 à 945$ (2%)             

Montréal   

  • Taux d’inoccupation : 3%       
  • Loyers moyens (4 1⁄2) : 903 à 932$ (3,9%)             

*La variation moyenne au Québec est de 3,8%.

À VOIR AUSSI      

Vous pouvez arrêter de financer les pétrolières       

s

Sur le même sujet