Le centre commercial Rideau: l’opération policière terminée, une arrestation | 24 heures
/bref

Le centre commercial Rideau: l’opération policière terminée, une arrestation

Image principale de l'article L'opération policière terminée, une arrestation
RAPHAËL PIRRO/AGENCE QMI

Le Centre Rideau au centre-ville d’Ottawa a été évacué et une personne a été arrêtée lors d’une importante opération policière qui a pris fin en milieu d’après-midi mardi.  

La police d'Ottawa n’a toujours pas confirmé la nature de la menace et a annoncé que l’enquête était toujours en cours. Peu de détails ont été fournis.

Les autorités avaient tranquillement commencé à rouvrir les rues ceinturant le Centre Rideau aux environ de 14h30. 

RAPHAËL PIRRO/AGENCE QMI

Rencontré en face de l’entrée principale du centre commercial, Dean était tout près de la scène lorsque la panique s’est emparée des employés et des clients. 

«Ça s’est passé tellement rapidement», a-t-il raconté. «J’étais dans la file pour entrer au gym Goodlife lorsque quelqu’un a crié qu’il y avait quelqu’un avec un fusil à l’intérieur du H&M. Tout le monde a commencé à crier et à courir, alors je me suis dit que je devais sacrer mon camp aussi.» 

RAPHAËL PIRRO/AGENCE QMI

«C’était complètement fou!» 

Selon ce témoin, qui attendait patiemment la réouverture du centre pour s’entraîner, les premières voitures de police étaient déjà présentes en face du centre en moins de deux minutes. 

D’autres personnes rencontrées sur place attendaient la réouverture du stationnement pour retrouver leur véhicule et retourner à la maison.

Photo Agence QMI, Raphaël Pirro

 

Divers corps de police ont assisté à l’opération, qui a semé à nouveau la pagaille au centre-ville d’Ottawa après trois semaines d’occupation. La situation à l’extérieur s’était toutefois apaisée aux alentours de 15h. 

Le centre commercial est situé à moins d’un kilomètre du parlement. Il avait rouvert aujourd’hui après des semaines de fermeture. 

RAPHAËL PIRRO/AGENCE QMI

La direction avait pris la décision de fermer les portes quelques jours après l’arrivée dans premiers camionneurs, car le centre commercial tentait d’éviter de gérer la situation. 

Les autorités policières sont toujours sur le qui-vive en raison de certains manifestants qui promettent toujours de revenir manifester dans la capitale fédérale.