Les pailles et ustensiles de plastiques remplacés par d'autres articles jetables | 24 heures
/environment

Les pailles et ustensiles de plastiques remplacés par d'autres articles jetables

Image principale de l'article Sans plastique, mais toujours jetable
Montage photo Alexandre Pellet

Six articles de plastique à usage unique seront interdits au Canada d'ici la fin de l'année 2023. Des entreprises d'ici travaillent déjà à offrir différentes options, jetables, mais sans plastique, pour les remplacer.

• À lire aussi: La pollution plastique a atteint «toutes les parties des océans»

À compter de la fin de l'année 2023, il sera interdit de vendre et d'exporter des pailles, contenants à emporter, sacs d’épicerie, couvercles, bâtonnets à mélanger et anneaux en plastique pour canettes partout au pays.

La fabrication et l'importation de ces objets sera également interdite d'ici la fin de l'année courante. 

« Nous estimons qu’une fois en vigueur, le règlement permettra d’éliminer plus de 1,3 million de tonnes de produits plastiques difficiles à recycler des sites d’enfouissement et plus de 22 000 tonnes de pollution plastique qui se retrouve dans notre environnement au cours des 10 prochaines années », a déclaré le ministre de l'Environnement et du Changement climatique, Steven Guilbeault, lors de l'annonce, lundi.

Une exception sera consentie pour la fabrication et l'utilisation de pailles dans un contexte médical.

Pailes de riz et d'acier inoxidable

Des entreprises d'ici travaillent déjà à offrir différentes options pour remplacer ces articles à usage unique, sans plastique.

Basée à Montréal, EcoSmart Supply importe des pailles de riz du Vietnam. « J'ai choisi ce produit, car contrairement aux pailles de papier qui se dégradent en 15 minutes dans une boisson, celui-ci dure de 90 à 120 minutes. Les pailles de riz sont 100% naturelles, biodégradables en 180 jours, et même comestibles! » explique Ben Bright, fondateur d'EcoSmart Supply. Le produit intéresse déjà des restaurants, bars et hôtels à travers le Canada et les États-Unis, dit-il.

Une paille de riz d'EcoSmart Supply

Courtoisie

Une paille de riz d'EcoSmart Supply

Les pailles d'acier inoxydable ne rejoignent toutefois pas cette clientèle, selon Michael Joubert, propriétaire des Pailles Stram, une entreprise de Boisbriand spécialisée dans l'importation de ce produit fabriqué en Asie. « On rejoint d'avantage une clientèle d'individus, car les restaurateurs qui ont essayé notre produit disaient que les clients partent avec! C'est moins approprié pour eux. »

Plus durable que les pailles de bambou ou de silicone, la paille d'acier inoxydable a une durée de vie illimitée et se nettoie facilement à l'aide d'une petite brosse fournie. « On peut la transporter avec soi. À long terme, cette paille réutilisable aura moins d'impact que celles à usage unique », dit Michael Joubert.

Ola Bambou, de Drummonville, s'est lancée dans l'importation de pailles et d'ustensiles de bambou. Elle opère également la seule usine de fabrication de brosse à dents en bambou au Canada. « Les ustensiles et les pailles, comme les brosses à dents, peuvent être utilisés plusieurs fois, puis lorsque trop usés, être mis au compost. Et on parle d'un compostage municipal, pas d'un compostage qui dure 1000 ans », explique Jean-Philippe Bergeron, propriétaire. Dans le but d'offrir aux restaurants une alternative à usage unique, Ola Bambou commercialise également des ustensiles compostables faits de bois de bouleau.

• À lire aussi: Non, votre brosse à dents en bambou n’est pas 100% compostable

Réduire à la source

• À lire aussi: La conception à usage unique: la plus grande erreur de notre société

Devant ces nouvelles options, il n'est pas toujours facile d'être certain que l'on fait le bon choix. Anthony Côté-Leduc, d'Equiterre, privilégie la réduction à la source. « Au lieu de se demander comment mieux consommer, on devrait ne pas consommer. Opter pour des ustensiles qu'on traîne avec nous. Il faut sortir du cycle infernal de l'usage unique, car tous les produits ont un impact sur l'environnement, que ce soit durant leur fabrication, transport, usage ou fin de vie. Ce n'est pas parce que quelque chose est compostable qu'il sera composté. C'est difficile de faire un choix parfait.»