Parler d’argent en date, ça se fait! | 24 heures
/portemonnaie

Parler d’argent en date, ça se fait!

Image principale de l'article Parler d’argent en date, ça se fait!
Photomontage Marilyne Houde

Pour plusieurs, l’argent, c’est tabou, ça rend mal à l’aise, ça engendre l’inconfort. Résultat: on évite souvent le sujet lors des premiers rendez-vous galants. En revanche, l’argent étant souvent une cause de séparation, vaut-il mieux prévenir le coup et discuter du sujet dès les débuts? On s’est posé la question: parler d’argent en date, est-ce que ça se fait?

• À lire aussi: De la dépression à l’art de la table: un drame la pousse à lancer sa propre entreprise

• À lire aussi: De la descente aux enfers des drogues au monde du fitness

Selon les deux professionnels à qui on a parlé, oui, ça se fait, même si ce n’est pas le sujet le plus attrayant dans les premiers rendez-vous! 

Il n’en demeure pas moins que c’est important d’en discuter, car selon François Renaud, sexologue psychothérapeute, «l’argent, c’est une des cinq conversations qui génère le plus de frustrations et de conflits dans un couple». 

Ainsi, dans l’optique où l’on vise une relation à long terme et que l’on veut s’assurer une concordance dans nos objectifs futurs, l’idéal c’est d’arriver à cerner dès les premières rencontres la vision de l’argent de son partenaire. 

Partager une vision commune

Comment? «Dans le processus exploratoire de découverte de l’autre personne, ce sont des sujets qui peuvent être abordés par des questions ouvertes», répond Antoine Chaume, planificateur financier au cabinet Lafond Services financiers. 

Sans parler nécessairement d’argent ni se présenter nos relevés d’impôts, on peut aborder de manière plus vague nos projets. Par exemple, est-ce que le voyage est prioritaire dans la vie de l’autre personne, ou souhaite-t-elle plutôt économiser pour acheter une maison? 

• À lire aussi: Elle quitte un milieu de travail misogyne et devient entrepreneure

On peut s’attarder aussi sur le mode de vie de chacun: propriétaire ou locataire? Depuis combien de temps? Type d’emploi? Celui-ci est-il stable ou non? 

«Dans les premiers moments, répète Antoine Chaume, l’essentiel, c’est vraiment de s’assurer d’avoir une vision commune avec l’autre personne, surtout si l’on espère partager un projet comme l’achat d’une propriété ou avoir des enfants.» 

Pour reprendre l’exemple nommé précédemment, si l’une des deux personnes souhaite voyager autour du monde tandis que l’autre a pour objectif de s’acheter une propriété, il y a peut-être une divergence au niveau des priorités de chacun. 

«À un certain moment de la relation, si on voit qu’il y a une grosse différence dans la façon dont on voit l’argent, dont on la gère, ça pourrait être un point de non-retour», précise François Renaud. À vous de voir si vous êtes prêt à négocier avec cette différence de vision.

Aborder le sujet de l’argent avec tact

Pour aborder le sujet de l’argent de front, François Renaud propose plusieurs pistes: 

Expliquer la raison d’être de cette discussion 

Que ce soit pour éviter de futurs conflits ou pour voir si la compatibilité est bonne, que la vision soit la même, exposez-la à l’autre personne 

• À lire aussi: Alexandra Martel: aider les travailleurs autonomes à demander le juste prix

Nommer pourquoi c’est important pour nous d’aborder ce sujet

Peut-être à cause d’une expérience amoureuse passée qui a mal tourné, à cause d’un passé plus fragile avec l’argent, ou pour toute autre raison, l’exprimer à l’autre lui permettra de mieux comprendre. 

Parler de soi en premier, et de façon transparente 

Plutôt que de mettre le partenaire sur la sellette, prenez les devants et parlez de votre relation avec l’argent pour ouvrir la discussion. 

Viser l’équité dans les dépenses

Même si on en connaît encore peu sur l’autre personne, il est important de demeurer cohérent avec les besoins financiers de chacun. 

Antoine Chaume précise: «S’il y a une disparité de revenus entre les deux personnes, il doit y avoir un équilibre qui se crée assez rapidement. Sinon, la personne qui a des revenus moins élevés et qui se trouve à devoir suivre la cadence de son partenaire qui veut aller manger dans les meilleurs restaurants ou boire de dispendieuses bouteilles de vin pourrait s’appauvrir et dépenser des centaines de dollars qu’elle aurait pu mettre en épargne.» 

• À lire aussi: Ils ont changé d’emploi pour le salaire et le regrettent

Encore une fois, c’est avec des questions ouvertes sur le mode de vie de son partenaire, son historique, ses habitudes que l’on pourra avoir une meilleure idée de sa potentielle situation financière pour finalement s’ajuster et viser l’équité entre les deux personnes. 

Antoine Chaume conclut: «L’argent ne doit pas être un frein dans les balbutiements d’une relation, mais c’est important d’aborder de façon très ouverte la question.» 

La façon dont on aborde l’argent dans les tout débuts pourrait donner le ton pour le futur, notamment si l’on remarque que l’autre personne est totalement fermée à discuter de questions financières. C’est un pensez-y-bien!