Un hôpital pour enfants bombardé par les Russes à Marioupol en Ukraine: 3 morts, dont une fillette | 24 heures
/bref

Un hôpital pour enfants bombardé par les Russes à Marioupol en Ukraine: 3 morts, dont une fillette

Image principale de l'article Un hôpital bombardé: 3 morts, dont une fillette
Photo tirée de Facebook

Trois personnes, dont un enfant, ont été tuées dans le bombardement russe d’un hôpital pédiatrique à Marioupol (est) mercredi, a annoncé jeudi la mairie de cette ville portuaire.

• À lire aussi: C’est quoi, au juste, un couloir humanitaire? On vous explique

• À lire aussi: Pourquoi la Russie s'empare des centrales nucléaires en Ukraine? Doit-on craindre le pire?

«Trois personnes ont péri, dont une fillette», a indiqué la municipalité sur Telegram. Le précédent bilan publié la veille par les autorités faisait état de 17 personnes blessées.

Une quatrième personne a été tuée dans un raid jeudi matin, a ajouté la municipalité dans un communiqué séparé.

«Les troupes russes détruisent délibérément et impitoyablement la population civile de Marioupol», a accusé la municipalité qui avait fait état la veille de plus de 1200 habitants locaux tués en neuf jours du siège russe de cette ville.

L’attaque contre l’hôpital a provoqué l’indignation des autorités ukrainiennes et occidentales.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, qui a condamné un «crime de guerre», a partagé des vidéos montrant la destruction − après un raid aérien − de l’établissement, qui abritait une maternité et un hôpital pédiatrique, à Marioupol, port stratégique sur la mer d’Azov (sud-est). On peut voir l’intérieur de bâtiments soufflés, des débris, des feuilles de papier et des morceaux de verre jonchant le sol.

Cette attaque est intervenue à la veille des discussions prévues jeudi en Turquie entre les ministres russe et ukrainien des Affaires étrangères, leur premier face-à-face depuis le début de l’offensive russe en Ukraine il y a deux semaines.

• À lire aussi: Voici exactement pourquoi la guerre en Ukraine fait monter le prix de l’essence ici

• À lire aussi: Que se passe-t-il à la centrale de Tchernobyl?

Au moins 19 attaques ont été perpétrées contre des établissements de soins, du personnel de santé et des ambulances, faisant au moins dix morts, depuis le début de l’invasion russe de l'Ukraine, le 24 février, selon des données de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Quelque 300 000 civils sont coincés depuis des jours à cause des combats, dans le port stratégique de Marioupol, dans le sud-est du pays, sur la mer d’Azov, port privé d’eau, de nourriture et d’électricité et où l’aide humanitaire n’a pas pu arriver.