117 millions $ pour accélérer l’arrivée de réfugiés ukrainiens au Canada | 24 heures
/bref

117 millions $ pour accélérer l’arrivée de réfugiés ukrainiens au Canada

Image principale de l'article 117 M$ pour accélérer l’arrivée d'Ukrainiens
Photo AFP

Le Canada sort le chéquier et investit 117 millions $ pour mettre en œuvre les mesures d’immigration créées spécialement pour accueillir les réfugiés ukrainiens qui fuient la guerre dans leur pays.

Le premier ministre en a fait l’annonce à la dernière journée de son séjour en Europe, qui prend fin jeudi en Pologne, pays qui a accueilli plus de la moitié des 2 millions de réfugiés déjà exilés.

• À lire aussi: Voici les étapes pour faire venir un proche d’Ukraine

• À lire aussi: Les Québécois ouvrent leurs bras aux réfugiés ukrainiens

Ce montant vise notamment à accélérer le traitement des demandes d’immigration et «alléger le fardeau de la Pologne et des pays voisins qui en font tellement dans ce conflit», a prononcé M. Trudeau aux côtés de son homologue polonais Andrzej Duda.

Une part de l’enveloppe aidera à fournir un soutien aux réfugiés après leur arrivée au Canada.

«On est en train de faire tout ce qu’on peut le plus rapidement possible pur ramener le plus grand nombre de gens possible dans un bref délai», a dit le premier ministre.

• À lire aussi: Un médecin québécois à la frontière ukrainienne pour soigner et aider les réfugiés

• À lire aussi: Quand fuir l’Ukraine n’est pas une option

Parallèlement, le gouvernement fait passer de 10 millions $ à 30 millions $ le montant total qu’il est prêt à égaler en dons à la Croix-Rouge canadienne pour soutenir les efforts de secours immédiats et continus alors que les craintes de crise humanitaire grandissent d’heure en heure.

«L’insensibilité de Poutine à la vie humaine est absolument inacceptable. Il est très clair maintenant qu’il a fait le choix de viser des civils», a lancé Justin Trudeau.

Il a aussi promis que d’autres sanctions devraient bientôt tomber contre des entités russes liées à Vladimir Poutine et à l’invasion de l’Ukraine.

Justin Trudeau estime que «ce voyage en Europe a été important non seulement pour l’unité des partenaires, mais pour les actions concrètes qu’on continue de prendre, que ce soit des sanctions, que ce soit de l’action militaire au sein de l’OTAN, ou que ce soit au niveau de l’aide humanitaire pour aider le peuple ukrainien».

La tournée européenne du premier ministre, qui a débuté avec un passage à Londres en début de semaine, l’a notamment conduit en Lettonie, où se trouvent des troupes canadiennes, ainsi qu’en Allemagne.