André Foisy, 83 ans et toujours passionné de mécanique | 24 heures
/panorama

André Foisy, 83 ans et toujours passionné de mécanique

s

Mettre les pieds dans le garage d’André Foisy à East-Farnham, en Estrie, c’est pénétrer dans un endroit figé dans le temps. Des outils et pièces d'automobiles en tout genre sont entassés un peu partout, l’horloge au mur ne fonctionne plus depuis des années et une vieille Austin-Healey Sprite de 1960 se trouve au fond de la pièce.

Le garagiste André Foisy

Photo Jérôme Léger

Le garagiste André Foisy

• À lire aussi: À 19 ans, elle se sent déjà plus chez elle dans son camion que son appart

Au travers des bruits d'entrechoquement de métal et d'une perceuse à batterie, on retrouve le garagiste André Foisy qui continue d'exercer son métier à 83 ans. «J'aime tout de la mécanique. Peut-être un peu moins l'électronique» avoue-t-il candidement. Il ajoute, un sourire en coin, qu'il ne «raffole pas particulièrement de la pose des pneus». 

Monsieur Foisy a d'abord travaillé dans un dépositaire d'autos anglaises avant de s'établir dans ce garage-ci en 1969. Cinq ans plus tard, il en était le propriétaire. Tranquillement, son atelier est devenu une véritable institution à East-Farnham, justement grâce à son expertise pour les marques britanniques comme MG et Land Rover.

• À lire aussi: Josianne Berthiaume, la déneigeuse de 19 ans aux 15 000 abonnés TikTok

Une histoire de famille 

La tête penchée sous le capot d'une voiture, on aperçoit son unique collègue, qui n'est autre que son petit frère, Marcel, âgé de 79 ans. «Je m'étais fait slacker de l'autre garage où je travaillais. Mon frère m'a demandé de venir l'aider quelques jours par semaine. Bien vite, c'est devenu à la semaine longue», se souvient le cadet en rigolant. 

Le garagiste André Foisy (à droite) et son frère Marcel

Photo Jérome Léger

Le garagiste André Foisy (à droite) et son frère Marcel

Dans la famille Foisy, la connaissance de la mécanique remonte à l'enfance. «Quand tu es cultivateur, tu es mécanicien. Tu n'as pas le choix si tu veux pouvoir réparer ta machinerie», raconte André. Les deux frères ont donc appris en aidant leur père, mais aussi en se bricolant des petites autos, chapardant le moteur de machine à laver de leur mère. «Elle se servait du moteur une fois par semaine, et parfois, il n'était pas où il devait être, alors on se faisait crier après.» 

Finalement, le passe-temps s'est transformé en passion, puis en gagne-pain pour les frères Foisy. 

• À lire aussi: Les métiers manuels super populaires sur TikTok

Un métier qui évolue sous leurs yeux

Le garagiste André Foisy

Photo Jérôme Léger

Le garagiste André Foisy

André explique qu'autrefois, il démontait les pièces pour voir comment elles étaient faites. Avec le temps, il a vu les véhicules évoluer, s'améliorer au niveau technique et, par la même occasion, le métier changer. «On ne répare plus les pièces comme telles. On commande un alternateur, puis on le pose.»

Le garagiste André Foisy (à droite) et son frère Marcel

Photo Jérôme Léger

Le garagiste André Foisy (à droite) et son frère Marcel

Le vénérable mécanicien reste toutefois très lucide sur l'avenir de son garage. Il sait que ses enfants ne le reprendront pas et qu'il sera probablement vendu après son départ, mais peu importe, il n'a même jamais songé à prendre sa retraite. «Tant qu'on peut travailler comme il faut... Rester à la maison les deux pieds sur la bavette du poêle à regarder la télévision, ce n'est pas tellement intéressant.»

À VOIR AUSSI 

s