Hausse du prix de l’essence: la Nouvelle-Zélande réduit de moitié le prix du transport en commun | 24 heures
/bref

Hausse du prix de l’essence: la Nouvelle-Zélande réduit de moitié le prix du transport en commun

Face à une «crise énergétique mondiale» et une hausse fulgurante du prix de l’essence à la pompe causée par l’invasion russe en Ukraine, la première ministre de Nouvelle-Zélande, Jacinda Ardern, a annoncé ce lundi que les tarifs des transports en commun au pays seront réduits de moitié dès le mois prochain. 

• À lire aussi: Et si on utilisait les ressources d'une seule planète? Voici de quoi notre vie quotidienne aurait l'air

À partir du 1er avril – et ce n’est pas un poisson d’avril! –, les Néo-Zélandais pourront utiliser le transport en commun d’un bout à l’autre du pays à tarif [très] réduit, a confirmé le gouvernement. Cette mesure sera en vigueur pour trois mois. 

«À long terme, nous devons renforcer la résilience de notre système de transport afin de nous rendre moins vulnérables aux flambées du prix de l’essence, mais pour l’instant, réduire de moitié le coût du transport collectif offrira à certaines familles une alternative au plein», a affirmé la cheffe d’État par communiqué. 

• À lire aussi: Voici combien coûte un litre d’essence ailleurs dans le monde

Mme Ardern rappelle qu’il est aussi de son devoir de «mettre en place un plan pour nous aider à traverser la crise énergétique mondiale».

Au Québec, du moins, dans le grand Montréal, l’idée de réduire de moitié les tarifs du transport collectif n’est pas envisagée pour l’instant, a confirmé au 24 heures l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM).

«Diminuer une source de financement du transport collectif signifie que d’autres sources devront compenser, explique Simon Charbonneau de l’ARTM. Il n’est pas prévu de réduire la contribution des usagers du transport collectif au profit d’une augmentation de la proportion des contributions prélevées en taxes et impôts.»

Si une telle idée devait être implantée dans la région, cela représenterait une perte financière d’un demi-milliard de dollars la première , selon l’ARTM.

Dans certaines régions néo-zélandaises, le prix à la pompe frôle les 3$ NZ le litre, soit près de 2,60$ CA. Depuis minuit, et ce, pour les trois prochains mois, le droit d’accise sur le carburant sera réduit de 25 cents le litre, a annoncé le ministère des Finances local.

• À lire aussi: Voici pourquoi la guerre en Ukraine fait monter le prix de l’essence ici

Le vice-premier ministre et ministre des Finances de Nouvelle-Zélande, Grant Robertson, a affirmé lors d’une conférence de presse qu’il ne croit pas voir la fin de cette hausse du prix du pétrole bientôt.

«Nous devons comprendre que plus le conflit se prolonge en Ukraine, plus les répercussions économiques pour la Nouvelle-Zélande seront liées au coût du carburant», a-t-il dit. 

- Avec les informations du NZ Herald

À VOIR AUSSI  

s