Je ne vais jamais «Git Gud», et c’est correct | 24 heures
/pss

Je ne vais jamais «Git Gud», et c’est correct

Image principale de l'article Je ne vais jamais «Git Gud», et c’est correct
Bandai Namco / FromSoftware

Je n’aime pas les jeux difficiles. Je comprends leur attrait, et j’admire de loin la passion des joueurs pour les jeux Souls, surtout avec la récente arrivée d’Elden Ring, mais je suis incapable de les aimer. Je ne vais jamais « Git Gud ».

• À lire aussi: Elden Ring: on a essayé de reproduire des célébrités québécoises dans le jeu

• À lire aussi: Elden Ring: l'énorme mise à jour 1.03 ajoute des quêtes et améliore la jouabilité

Des gamers, il y en a pour tous les genres de jeux. FPS, MOBA, MMORPG, simulations, action-aventure, jeux mobiles, et j’en passe. Je crois sincèrement que tout le monde a sa place dans ce merveilleux monde qu’est le gaming. Moi, j’aime les simulations zen et les longs jeux où l’histoire prend beaucoup de place, comme Red Dead Redemption 2. Si un jeu joue trop avec ma patience, je ne m’amuse plus.

Je me suis longtemps sentie comme un imposteur parce que je n’aimais pas jouer en ligne et, évidemment, lorsque je m’aventurais « online », je me faisais massacrer. Je me sentais comme une matante déconnectée, même si le gaming prenait beaucoup de place dans ma vie. 

Ce sentiment d’imposteur est revenu avec la sortie d’Elden Ring. Tous les soirs, je vois mes amis connectés sur PSN, et la moitié joue à Elden Ring. Sur le web, tout le monde parle du jeu, que ce soit avec des memes ou dans l’actualité. Je me sens entourée d’Elden Ring et j’ai l’impression de passer à côté de quelque chose de magique. Un genre de FOMO jeu vidéo.

J’ai failli l’acheter, juste pour voir si j’avais ce qu’il fallait pour me débrouiller. Si je pouvais apprendre à devenir bonne. J’ai laissé tomber à cause du prix, oui, mais aussi en acceptant carrément que le jeu le plus populaire de l’heure ne me concerne pas, et que finalement, c’est correct.

J’imagine que le gaming accomplit quelque chose de différent chez chaque personne. Pour moi, c’est le besoin de décrocher et de relaxer. Si un jeu me rend stressée, je ne risque pas d’y jouer très longtemps ou d’avoir du fun. Bon, il y a certainement quelques exceptions, comme un bon Resident Evil, mais on est loin de la difficulté d’un jeu Souls. Je ne peux juste pas recommencer un boss fight à plusieurs reprises; ça ne me fait pas de bien. 

C’est un peu là où je veux en venir: on a tous nos raisons de jouer à des jeux, et même si celles-ci sont différentes, on mérite tous notre place. Pas besoin d’être un maître des Souls pour être passionné du gaming. J’apprends à accepter le fait que je ne vais tout simplement jamais « Git Gud », même si j’avais le temps de me pratiquer ou de l’aide. 

Pis c’est ben correct


s

s

s

Sur le même sujet