Poches & Fils: l’atelier créatif qui n’a pas la langue dans sa poche | 24 heures
/lifestyle

Poches & Fils: l’atelier créatif qui n’a pas la langue dans sa poche

Image principale de l'article L’entreprise qui n’a pas la langue dans sa poche

 

Miser sur les nuances de la langue française et l'humour, c'est le mandat que s'est lancé l'entreprise montréalaise Poches & Fils, qui transforme des vêtements du quotidien. Avec le temps, le français est devenu un ingrédient essentiel à son succès.

Depuis 2014, leurs iconiques t-shirts «faits icitte, au Québec», comme le dit la marque elle-même, arborent à l’avant une poche aux motifs décalés. En multipliant les clins d’œil et les références culturelles, la jeune équipe a vendu des centaines de milliers de gaminets. 

En lien avec l’initiative sur le droit de commercer en français d’Option consommateurs, on vous présente cette entreprise qui n’a pas la langue dans sa poche.

Une identité forte et décomplexée   

Du choix du nom (Poches & Fils) jusqu’à la livraison des produits (dans des boîtes à pizza!), en passant par ses offres d’emploi, l’équipe recourt à l’humour et à la magie des mots pour valoriser son identité. 

«Quand on me demande où je travaille et que je réponds chez Poches & Fils, disons que ça déclenche un rire initial!» explique le gestionnaire de marque, Guillaume Lachance. 

La légèreté comme tendance mode  

Il souligne que la vision des amis et fondateurs, Anthony Vendrame et Nicolas Dubeau (à l’époque joueurs des Carabins), était «d’amener une touche d’humour et de légèreté dans le monde du vêtement. Un monde souvent sérieux, doté de slogans axés vers l’avenir et la réussite». 

Cette même touche se retrouve aussi sur leurs plateformes sociales, un peu comme un contrepoids aux contenus «généralement lourds et chargés de l’actualité». Pour la Saint-Valentin, une publication mettant en vedette Manon Massé – faisant un signe de cœur avec les mains – a suscité une explosion d’intérêt. 

Sur la page de vente du t-shirt à la poche aux couleurs du steak, de blé d’Inde et de patates, on peut lire: «Prends tes Valiums Thérèse»; «Fait au Québec à 100 %, pour toutes les grandes filles et les grands garçons»; «50 % coton bio, 50 % polyester recyclé, 0 % sucre raffiné». On comprend donc à quelle enseigne logent l’équipe et la clientèle de Poches & Fils.

Jouer avec les mots   

Guillaume Lachance mentionne qu’au-delà des mots, le choix du ton est crucial dans le succès de l’entreprise: «On n’hésite pas à recourir au joual ou au langage familier pour réduire l’espace entre notre marque et notre clientèle.»

À son avis, cette proximité avec les consommateurs est la porte d’entrée pour «qu’ils se reconnaissent dans le ton de Poches & Fils et donc, adhèrent à notre manière de faire les choses».

Guillaume Lachance signale aussi le caractère particulier du Québec comme facteur de réussite de Poches & Fils: «Nous sommes chanceux, parce que notre culture est forte et définie. Cet avantage nous donne l’occasion de mieux nous exprimer, dans un grand terrain de jeu collectif.» 

Commercer en français? Ce n’est pas en option!                     

Chez Poches & Fils, le travail d’équipe, la semaine de quatre jours et la bonne humeur sont donc au rendez-vous. L’univers ludique et l’imagination de la marque sont portés par l’impact de la langue et des mots, partie prenante de son plan d’affaires. 

«Nous avons la chance de parler français, au sein d’une population majoritairement francophone. Les entreprises d’ici ou les bannières internationales ont donc intérêt à disposer de ce levier pour interpeller leur clientèle de manière soutenue et familière. Elles peuvent alors mieux engager la conversation et consolider ce précieux sentiment de proximité», estime Guillaume Lachance. 

À ce chapitre, Option consommateurs rappelle qu'en tout temps, vous avez le droit d’être servi en français dans tous les commerces du Québec, et ce, de la demande d’information jusqu’à la transaction.

Ainsi, peu importe le quartier ou la langue maternelle des employés, la Charte de la langue française reconnaît ce droit. Pour en apprendre davantage, renseignez-vous ici.