Sur le qui-vive en prévision des crues printanières | 24 heures
/environment

Sur le qui-vive en prévision des crues printanières

Des municipalités se préparent au temps doux des prochains jours

Image principale de l'article Plusieurs villes sur le qui-vive
Photo d'archives, Jean-François Racine

Du temps doux près des records et des précipitations abondantes à venir en fin de semaine mettent les différentes autorités sur un pied d’alerte, particulièrement en Beauce, où la rivière Chaudière a inondé, ces dernières années, plusieurs municipalités à l’arrivée du printemps.

• À lire aussi: Les Québécois ne sont pas préparés en cas d’inondation, révèle un sondage

• À lire aussi: Changements climatiques: un prix réel pour la santé des Canadiens

Une tempête à la trajectoire encore imprécise se dirige vers le Québec en fin de semaine. Il est également difficile de préciser comment elle se présentera. 

« Ce qui reste à déterminer, c’est le type de précipitations et les quantités », indique André Cantin, météorologue chez Environnement Canada (EC).

Le scénario le plus probable pour la région de Québec est celui de précipitations de neige fondante, samedi en début de journée, suivies de précipitations de pluie et de pluie verglaçante.

Ce cocktail se déversera sur la région jusqu’à dimanche en fin de journée.

Juste avant l’arrivée de ce système, des températures très douces dans la région de Québec sont prévues dès jeudi, avec un mercure de 10 degrés, et de 11 degrés vendredi, ce qui aura pour effet de faire fondre la neige et d’affaiblir la glace qui recouvre les plans d’eau.

La pelle amphibie est déployée sur la rivière Chaudière, près de Beauceville, depuis mercredi.

Photo Stevens Leblanc

La pelle amphibie est déployée sur la rivière Chaudière, près de Beauceville, depuis mercredi.

Crues à l’horizon

Ces conditions rassemblées sont favorables aux crues printanières.

D’ailleurs, la Beauce et plusieurs autres secteurs de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches sont en mode prévention pour éviter des inondations catastrophiques.

À Beauceville, la pelle amphibie est à l’œuvre sur la rivière Chaudière depuis mercredi.

« Les équipes vont travailler sans arrêt pendant une soixantaine d’heures », indique Daniel Fortin, directeur du Service de sécurité et de prévention incendie de Beauceville. 

« Ce sont des travaux préventifs. Le but est de faire une tranchée au centre et permettre aux glaces de quitter le centre-ville avant l’arrivée de celles plus en amont », précise-t-il.

Plusieurs municipalités beauceronnes ont prévu des rencontres, jeudi, en préparation aux crues. C’est notamment le cas de Sainte-Marie-de-Beauce.

Surveillance

Le Centre des opérations gouvernementales (COG) sera également en rencontre sur le sujet jeudi, avec différents experts.

Des informations sur la situation seront ensuite acheminées aux municipalités dans le but de les aider en prévision des crues.

Bien que la situation actuelle n’inquiète pas trop, elle peut changer à tout moment, rappelle Éric Drolet, directeur régional au COG.

« On ne sait jamais comment les rivières vont réagir. La période où l’on surveille plus commence », fait-il valoir.

Sur le même sujet