Il ne peut plus aider les personnes itinérantes comme avant à cause du prix de l’essence | 24 heures
/bref

Il ne peut plus aider les personnes itinérantes comme avant à cause du prix de l’essence

Guylain Levasseur
Photo Guillaume Cyr, 24 heures

Guylain Levasseur

À cause de la flambée du prix de l'essence, Guylain Levasseur ne peut plus venir en aide aux personnes itinérantes, comme il avait l'habitude de le faire.

• À lire aussi: Le prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal se concrétisera en 2029

Celui qui habitait au campement Notre-Dame jusqu'à son démantèlement en décembre 2020 parcourt les rues d’Hochelaga-Maisonneuve, du Centre-Sud et du Quartier latin à bord de son camion pour donner au suivant. 

Avec son organisme non officiel Dehors novembre, qu'il gère seul, il s'assure que ces personnes vivent dignement, même si elles sont dans la rue. Il leur apporte des couvertures et de la nourriture, en plus de vérifier si «tout le monde est correct». 

Guylain Levasseur

Guillaume Cyr/24 heures

Guylain Levasseur

260$... pour faire le plein   

Les hausses importantes du prix de l'essence des dernières semaines le ralentissent toutefois dans son travail. 

Alors que le prix à la pompe a fracassé les 2$ le litre, Guylain Levasseur affirme qu'il n'a plus les moyens de rouler tous les jours, comme il avait l'habitude de le faire. Il doit se contenter de deux ou trois jours par semaine. 

Faire le plein lui coûtait autour de 180$. Maintenant il doit débourser environ 260$, soutient l'homme, qui doit s'en remettre aux dons qu'il reçoit pour continuer. 

«C'est fou, ça n'a aucun sens», lance-t-il, au bout du fil. 

Guylain Levasseur et sa chienne Micha

Guillaume Cyr/24 heures

Guylain Levasseur et sa chienne Micha

À la rescousse d’un ancien du campement  

Mais même si le prix de l'essence le force à réduire la cadence, il ne baisse pas les bras. 

Vendredi, il se préparait à aller porter un «iglou» à l'un de ses anciens compagnons du campement Notre-Dame, Alexandre Poulin. Un iglou, c'est un abri conçu en République tchèque pour éviter les morts par hypothermie chez les itinérants.

Alexandre Poulin s'est construit une cabane dans un boisé montréalais.

Photo Guillaume Cyr, 24 heures

Alexandre Poulin s'est construit une cabane dans un boisé montréalais.

Et si Guylain Levasseur ne se déplace plus autant qu'avant, bon nombre d'itinérants savent où il stationne son camion dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve. Ils peuvent donc lui rendre visite en cas de besoin. 

Il laisse souvent, par exemple, des personnes dormir sur la banquette avant de son camion, raconte-t-il. 

À VOIR AUSSI      

s