Le gouvernement libéral signe un accord avec le NPD pour rester au pouvoir jusqu'en 2025 | 24 heures
/bref

Le gouvernement libéral signe un accord avec le NPD pour rester au pouvoir jusqu'en 2025

Image principale de l'article Les libéraux de Trudeau au pouvoir jusqu’en 2025
AFP

Le gouvernement libéral a signé une entente avec le NPD afin de s’assurer de leur appui pour rester au pouvoir jusqu’en 2025, a annoncé dans la surprise le premier ministre Justin Trudeau mardi matin.

L’entente «va pouvoir permettre la stabilité, la collaboration, la prévisibilité aux Canadiens dans des moments d’incertitude et d’imprévisibilité», a déclaré M. Trudeau lors d’une conférence de presse.

• À lire aussi: Voici ce que Québec pourrait faire pour atténuer les impacts de l’inflation

L’entente, baptisée «Obtenir des résultats dès maintenant pour les Canadiens», «va pouvoir permettre la stabilité, la collaboration, la prévisibilité aux Canadiens dans des moments d’incertitude et d’imprévisibilité», a déclaré M. Trudeau en conférence de presse.

En échange, les libéraux favoriseront certains aspects de l’agenda néodémocrate, comme la mise en place d’un régime de soins dentaires accessible et la mise en place du régime d’assurance-médicaments, deux idées centrales dans la plateforme du NPD aux dernières élections.

«Ce n’est pas du tout une carte blanche. On reste un parti d’opposition. On garde le pouvoir de s’opposer au gouvernement, de voter contre les projets de loi, et on est prêts à utiliser ce pouvoir», a soutenu Jagmeet Singh lors d’un point de presse séparé.

Justin Trudeau et Jagmeet Singh

Photo AFP

Justin Trudeau et Jagmeet Singh

L’accord prévoit aussi une foule d’initiatives liées à l’accélération de la transition écologique et la réconciliation avec les peuples autochtones, des politiques à mettre en place à l’horizon de 2024-2025.

«Cette entente ne va pas remettre en cause les valeurs fondamentales de chacun de nos partis. On va continuer à débattre sainement et à être en désaccord sur certains points, tout comme on va continuer de travailler avec les autres partis dans la Chambre des communes», selon le premier ministre.

Il ne s’agit pas d’une coalition, a nuancé M. Trudeau, comme les néodémocrates ne seront pas invités aux caucus du Parti libéral et vice-versa. Des rencontres sont toutefois prévues entre les chefs, les leaders parlementaires et les whips avec une fréquence régulière.

«Il n’y a jamais vraiment eu de réflexion ou certainement de discussion sur l’idée d’un partenariat ou d’une coalition plus formelle, c’est tout simplement une entente sur laquelle on va pouvoir travailler ensemble de façon constructive au Parlement.»

Des rumeurs au sujet d’une entente entre les deux partis se propageaient à l’automne, dans la période entre la date du scrutin et la reprise des travaux, mais n’avaient pas abouti à quelque chose de concret dans l’immédiat.

Élu avec une minorité de sièges, le gouvernement libéral restait exposé à un vote de confiance négatif, qui aurait pour impact la chute du gouvernement avant 2025 et le déclenchement de nouvelles élections générales.

Si les détails de ces deux programmes chers aux au cœur du NPD restent à étayer, M. Trudeau a affirmé que son gouvernement gardait la liberté de pouvoir décider de la direction à prendre dans les dossiers sur lesquels il y a divergence d’opinions entre les deux partis.

La Défense exclue des discussions

C’est le cas notamment en ce qui a trait à la Défense. Alors que le budget doit être dévoilé au courant du mois d’avril, tout semble indiquer que les libéraux feront grimper les dépenses militaires en raison de la guerre en Ukraine.

Lundi, Jagmeet Singh avait laissé entendre que le Canada devrait se concentrer sur la diplomatie et le travail humanitaire, laissant en plan la Défense.

Or Justin Trudeau a clairement affirmé que le chef néodémocrate n’en avait pas fait une condition pour aller de l’avant avec cette entente.

«Le NPD n’a pas de veto sur ce qu’on est en train de faire dans nos budgets. Ils s’attendent à ce que les éléments qu’on a élaborés dans cette entente soient dans les budgets, soient avancés de façon constructive, et ils savent aussi que les Canadiens ne veulent pas d’élections.»

Une vidéo qui pourrait vous intéresser:  

s