On s’arrache les véhicules d’occasion : ils ont fait du profit en vendant leur voiture usagée | 24 heures
/portemonnaie

On s’arrache les véhicules d’occasion : ils ont fait du profit en vendant leur voiture usagée

Image principale de l'article Ils font du profit en vendant leur voiture usagée
Photomontage: Julie Verville

Si votre concessionnaire vous appelle une, deux, voire trois fois en espérant mettre le grappin sur votre voiture achetée il y a deux ans, vous êtes loin d’être un cas isolé. Désirant à tout prix renflouer leur inventaire de voitures usagées, des clients se surprennent à découvrir la valeur actuelle de leur voiture. 

• À lire aussi: Folie des voitures usagées : «maintenant, une voiture se magasine comme une maison»

Karine Croteau s’est fait offrir la coquette somme de 14 000$ pour le retour de location de son Nissan 2018 pour lequel il lui restait à payer... 11 000$. Ce 3000$ surprise a contribué à l’achat d’un nouveau véhicule. 

«C’est fou comment ils courent après les voitures usagées!, s’exclame la trifluvienne de 38 ans. Normalement, à la fin d’une location, on doit de l’argent pour payer les réparations... Là, j’ai été payée au lieu de devoir payer!» 

Situation semblable pour Audrée Morin Berthiaume, de Longueuil, qui a obtenu un chèque de 8000$ de la part de son concessionnaire pour le rachat de sa Mazda CX3 à trois mois de la fin du bail. 

«On a vu une belle opportunité de faire de l’argent et de mettre la somme sur l’achat de la nouvelle voiture comme le concessionnaire m’appelait depuis plusieurs mois pour la racheter», raconte la femme de 34 ans. 

• À lire aussi: Passe mensuelle à 530$, trajets inexistants... c'est le temps d'améliorer le réseau de bus au Québec

De belles offres... mais pas de solution de rechange 

La conjoncture est favorable pour la vente d’un véhicule, mais encore faut-il être en mesure d’en racheter un autre. Les délais de livraison pour véhicules neufs sont entre six et huit mois – parfois plus – et le bassin de véhicules d’occasion à vendre est, pour le moment, minime. 

Alex Moreau, 24 ans, l’a appris à ses dépens. Le jeune homme de Contrecœur a réussi à dégager un profit de 6000$ en vendant sa Golf R 2018, achetée à 38 000$ en 2019, au prix de 44 000$ en 2021. 

Au moment de la vente, il commande un Chevrolet Bolt de l’année sans se douter qu’il l’attendrait encore aujourd’hui, près d’un an plus tard. Sans autre option de rechange, le jeune homme a mis la main sur une Honda Civic 2001 au coût de 1000$ en attendant. 

Jeff Arcand, de Québec, a quant à lui décidé d’attendre d’avoir trouvé sa prochaine voiture même s’il a eu la possibilité de vendre son Mazda 3 2013 au même prix qu’il l’a payé il y a deux ans, soit 6500$. En à peine 24 heures, 4 à 5 personnes se sont montrées vivement intéressées. 

«J’ai remis la vente à plus tard car je ne suis pas capable de mettre la main sur une mini van qui a de l’allure dans notre budget», déplore le père de trois enfants. 

• À lire aussi: 5 trucs pour déjouer l'inflation de la blogueuse derrière Vivre avec moins

Racheter sa location, la meilleure option 

Pour les vendeurs de véhicules usagés, ce n’est pas les bonnes affaires qui manquent. Mais pour le journaliste au Guide de l’auto, Antoine Joubert, la meilleure chose qu’un consommateur puisse faire présentement est de racheter sa location. 

«Les valeurs résiduelles qui ont été établies il y a trois ou quatre ans ne reflètent pas le marché d’aujourd’hui, affirme le journaliste. Si la valeur résiduelle de ton Honda-CRV est de 18 000$ au bout de quatre ans de location mais que la valeur du véhicule est à 28 000$ aujourd’hui, rachète-le, paie les taxes, paie les frais de 500$ du concessionnaire pour le rachat, et tu as encore 6 000$ de profit dans tes poches.» 

Et si les concessionnaires se permettent de faire de si bonnes offres, c’est qu’ils sont bien conscients qu’ils ont la capacité de dégager d’immenses profits à l’heure actuelle. 

• À lire aussi: Y'a-t-il une guerre à l'automobile au Québec?

Comment estimer la valeur d’un véhicule? 

Le meilleur moyen de vous assurer de vendre votre véhicule à bon prix est en examinant les annonces pour les véhicules semblables sur Autohebdo, Kijiji et Marketplace, estime Antoine Joubert. 

«Ces outils nous donnent le pouls du marché actuel parce qu’ils offrent une valeur en temps réel. Par contre, il y a un écart à considérer entre le prix d’un commerçant et celui d’un particulier. Un particulier ne peut offrir de garantie légale, par exemple», fait-il valoir. 

D’autres ressources en ligne existent pour estimer la valeur de votre véhicule comme CarGurus, CARFAX et CAA-Québec (pour les membres seulement). Plus vous serez en mesure de détailler le modèle et l’état de votre véhicule, plus l’estimation sera juste.