Qui est Lauren Handy, la militante pro-vie chez qui 5 fœtus humains ont été retrouvés? | 24 heures
/bref

Qui est Lauren Handy, la militante pro-vie chez qui 5 fœtus humains ont été retrouvés?

Image principale de l'article 5 fœtus retrouvés chez une manifestante pro-vie

Alors qu'une vague de lois anti-avortement déferle aux États-Unis, une fervente militante pro-vie a été arrêtée la semaine dernière parce qu’elle avait récupéré cinq fœtus humains.

• À lire aussi: Bientôt une pilule contraceptive pour les hommes?

Lauren Handy s'est fait pincer la semaine dernière par la police de Washington DC, qui avait été alertée de la possible présence de matériaux biologiques chez la militante anti-avortement, rapporte la chaîne américaine CBS.

Handy avait d'ailleurs exprimé sur Twitter, en 2020, son intention de récupérer des fœtus humains dans des cliniques d'avortement. «Mon plan était de récupérer les enfants pour qu’ils soient enterrés convenablement», écrivait sur la plateforme la femme de 28 ans. 

«Je lui ai demandé ce qu’il pensait du fait que j’apportais à la maison des morceaux de bébés avortés pour les mettre dans le congélateur du sous-sol afin qu’ils ne pourrissent pas pendant que j’organisais un enterrement rapide.»

La semaine dernière, le chef de police de Washington Ashan M. Benedict a déclaré aux journalistes que les fœtus semblaient avoir été avortés conformément à la loi locale sur l’avortement.

«Il ne semble pas y avoir quelque chose de criminel là-dedans – sauf la façon dont ils ont fini par se retrouver dans cette maison», a-t-il dit.

Mais qui est Lauren Handy?  

Lauren Handy, une leader du groupe Progressive Anti-Abortion (PAAU), se décrit comme étant une «mutualiste anarcho-catholique» spécialisée dans le recrutement de jeunes militants anti-avortement.

Sur le site web du PAAU, sa biographie indique qu’elle crée des «espaces trans inclusifs au sein du mouvement pro-vie».

D’ailleurs, l’activiste «progressiste-féministe» n’en est pas à ses premiers démêlés avec la justice. Le jour même de son arrestation, elle venait d’être formellement accusée — avec neuf collègues — de «complot contre les droits» pour avoir occupé une clinique d’avortement de la capitale américaine en octobre 2020. Elle pourrait faire face à 10 ans d'emprisonnement. 

Dans une conférence de presse prévue qui doit être donnée aujourd'hui, le PAAU pourrait confirmer la provenance et l’origine des fœtus humains retrouvés chez Handy la semaine dernière.

Un débat de longue haleine  

Que ce soit au Missouri, en Idaho, en Oklahoma ou au Wisconsin, plusieurs lois anti-avortement ont vu le jour ces derniers temps aux États-Unis. 

• À lire aussi: Épidémie de lois anti-avortement aux États-Unis

L’automne dernier, le Texas a adopté une loi qui rend l’avortement illégal dès que le cœur de l’embryon peut être détecté, soit vers la sixième semaine de grossesse. La loi incite aussi les citoyens à poursuivre les médecins ou les cliniques qui acceptent de pratiquer des avortements au-delà de six semaines, en échange d'un «dédommagement» de milliers de dollars.

 

AFP

D'autres lois ont été adoptées depuis. Entre le 1er janvier et le 31 mars 2022, 1844 mesures liées à la contraception et à l’avortement ont été introduites dans 46 États, selon l’institut de recherche Guttmacher, qui milite pour le droit des femmes à contrôler leur corps.

Avec les informations de Geneviève Abran et de CBS