Quartier Saint-Michel: 35 locataires victimes d’une tentative d’éviction | 24 heures
/portemonnaie

Quartier Saint-Michel: 35 locataires victimes d’une tentative d’éviction

Les locataires de Saint-Michel ne sont pas à l'abris des tentatives d'éviction
Photomontage: Julie Verville

Les locataires de Saint-Michel ne sont pas à l'abris des tentatives d'éviction

Les problèmes que rencontraient les locataires de Saint-Michel dans les années dernières étaient surtout liées à l’insalubrité de certains logements. Ç’a changé depuis: le 24 heures a rencontré des personnes qui doivent maintenant composer avec la nouvelle réalité des évictions et des reprises de logement.   

• À lire aussi: Saint-Michel en plein embourgeoisement

• À lire aussi: Devrait-on permettre à tous d'avoir des animaux dans leur logement?

Dary Brunet et Hélène Lacroix habitent dans un 4 1⁄2 du boulevard Pie-IX depuis 1994. Ces deux locataires n’avaient jamais craint d’être évincés, jusqu’au jour où un représentant du nouveau propriétaire de leur immeuble, une société en commandite appartenant au promoteur immobilier Henry Zavriyev, est venu cogner à leur porte en leur proposant de signer une résiliation de bail.  

Le couple Dary Brunet et Hélène Lacroix

Guillaume Cyr/24 heures

Le couple Dary Brunet et Hélène Lacroix

Pour compenser leur départ, on leur proposait trois mois de loyer et un déménagement payé. «[Le représentant] m’a dit que le bloc avait des gros problèmes de structure, et que ça pourrait s’effondrer», évoque Dary Brunet. Il ne trouvait toutefois pas la situation très crédible étant donné que l’immeuble a été construit à peine en 1990.   

L'immeuble résidentiels de 28 portes situé sur la rue Pie-IX

Courtoisie: Dary Brunet

L'immeuble résidentiels de 28 portes situé sur la rue Pie-IX

La proposition était peu avantageuse pour les amoureux. Leur loyer de 510$ est nettement en deçà des prix que l’on retrouve sur le marché actuel, alors que les prix ont grimpé dans les dernières années. «Notre appartement n’a pas besoin de rénovations», renchérit Dary Brunet.    

Cuisine de Dary Brunet et Hélène Lacroix

Courtoisie: Dary Brunet

Cuisine de Dary Brunet et Hélène Lacroix

Salon de Dary Brunet et Hélène Lacroix

Courtoisie: Dary Brunet

Salon de Dary Brunet et Hélène Lacroix

9000$ pour quitter 

Au début du mois de février 2022, M. Zavriyev a acquis quatre blocs  – dont celui où vit le couple –, pour un total de 28 logements. Les habitants des lieux ont été approchés pour des résiliations de bail.  

Une dizaine d’entre eux se sont rencontrés dans un carrefour communautaire de Saint-Michel le 24 mars dernier. La soirée était organisée par Céline Camus, chargée de projet du Bureau Info Logement de Saint-Michel, ainsi que de l’organisme Juristes à Domicile afin de procurer de l’information juridique.   

• À lire aussi: Le montant requis pour une mise de fonds dans chaque région du Québec en 2022

Au fil de la rencontre, les locataires ont réalisé que les montants qui leur ont été offerts pour la résiliation du bail étaient bien différents : certains parlaient de 9000$, et d’autres de trois mois de loyer.   

Les raisons de la demande de résiliation variaient aussi. Certains se seraient fait dire que c’était pour y faire des appartements de «luxe», d’autres des «condos», d’autres des «rénovations majeures». Certaines personnes témoignaient de visites répétées pouvant aller jusqu’à 21h le soir, malgré un refus de résilier le bail.   

Pascal St-Gelais, qui habite un 3 1⁄2 à 460$ depuis trois ans, a coupé les ponts assez rapidement avec l’homme qui lui a rendu visite. Il habite un immeuble de sept logements acquis en mars par M. Zavriyev sur la rue Bélanger, dans le quartier Saint-Michel. «Au bout de 10 minutes, j’ai mis le représentant du proprio dehors», dit-il, alors qu’un employé lui aurait partagé son intention de rénover l’immeuble.  

Pascal St-Gelais, qui vit dans son 3 1/2 depuis trois ans

Guillaume Cyr/24 heures

Pascal St-Gelais, qui vit dans son 3 1/2 depuis trois ans

Après avoir demandé à M. Gelais s’il connaissait ses droits et quelles étaient ses intentions, il lui aurait proposé un montant équivalant à six mois de loyer, ce qu’il a refusé catégoriquement.  

L’entreprise de Henry Zavriyev n’a pas retourné les demandes d’entrevues du 24 heures.  

Ce dernier a fait les manchettes en février après avoir acheté la résidence pour aînée (RPA) Mont-Carmel dans le centre-ville de Montréal pour la convertir en logements locatifs sans services. Selon Radio-Canada, un représentant du nouveau propriétaire a remis aux 200 locataires un Avis d’éviction pour changement de vocation, même si l’acte de vente notarié fait état d’une clause qui oblige à respecter l’exploitation de l’immeuble à titre de résidence privée pour aînés certifiée. 

À VOIR AUSSI     

s