Voiture électrique: le casse-tête des bornes de recharge publiques | 24 heures
/panorama

Voiture électrique: le casse-tête des bornes de recharge publiques

Image principale de l'article Le casse-tête des bornes de recharge publiques
TOMA ICZKOVITS

Bornes de recharge situées trop loin ou pas déneigées pendant plusieurs jours, coûts exorbitants pour l’installation dans un condo: les propriétaires de véhicules électriques qui n'ont pas de borne résidentielle font encore face à des obstacles. Mais la situation s’améliore rapidement. Tour d’horizon.

• À lire aussi: Voiture électrique: solution miracle ou fausse bonne idée?

Le 24 heures s’est entretenu avec une dizaine d’électromobilistes et leur a demandé à quels obstacles à la recharge ils font face. 

Premier constat: la plupart de ceux qui ont une borne à la maison n’éprouvent aucun problème. 

Il est loin le temps où les autos électriques n’avaient qu’une autonomie de 120 km et où on craignait de tomber en panne à la première tempête de neige. 

«Les nouveaux véhicules électriques offrent au moins 400 km d'autonomie et il y a assez de bornes de recharge rapides pour répondre à la demande», affirme le président de l’Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ), Simon-Pierre Rioux. 

C’est plutôt dans l’autre catégorie, celle des électromobilistes qui n’ont pas accès à une borne à la maison (parce qu’ils sont locataires ou n’ont pas d’espace de stationnement) et qui comptent sur le réseau public que les problèmes sont les plus nombreux. 

Propriétaire d’une toute nouvelle IONIQ 5, Sébastien D’Astous a mis deux mois avant de trouver un électricien pour installer sa borne résidentielle à prix raisonnable. Pendant ce temps, il a dû compter sur le réseau de bornes publiques pour se recharger. 

Le hic, c’est qu’il réside à Laval, un «désert de bornes», dit-il. 

«La ville de Laval est pauvre en bornes publiques. Dans certains quartiers, les seules se retrouvent parfois à plusieurs kilomètres de la résidence. Il faut y laisser notre voiture la nuit, ce qui vient complexifier la recharge», explique-t-il.  

À l’extérieur de Montréal, plusieurs villes sont mal desservies, confirme l’Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ). 

«On espère que les autres municipalités, plus petites, vont se rendre compte qu'elles aussi ont une responsabilité envers leurs citoyens et qu'elles vont être capables d'offrir la recharge sur rue aux locataires parce que ce ne sera jamais 100% de la population qui aura une maison et qui sera capable d'avoir accès à une borne, mais on va tous être pris avec une voiture électrique à un moment donné», souligne Simon-Pierre Rioux. 

Le problème des logements 

Selon le Code du bâtiment du Québec (RBQ), les nouvelles constructions doivent toutes être équipées du filage nécessaire à l’installation d’une borne.  

Les personnes qui vivent dans un logement construit avant 2019 font toutefois face à un problème de taille puisque l’installation du filage requis peut être complexe et coûteuse.  

Richard Ruel en sait quelque chose. Ce propriétaire d’une Hyundai Kona de Saint-Jérôme a fait faire un estimé pour l’installation d’une borne dans le garage de son condo. Verdict: plus de 3000$. 

Il ignorait toutefois que le gouvernement du Québec offre une aide financière. «Il donne [jusqu’à] 5000$ pour l'achat et l'installation d'une borne dans un immeuble multi-logement de plus de 4 unités», explique M. Rioux.  

Même à Montréal, ville où on compte le plus de bornes au Québec, les problèmes sont multiples puisque les citoyens qui n’ont pas accès à une borne résidentielle y sont nombreux. 

TOMA ICZKOVITS

Les personnes consultées par le 24 heures se plaignent notamment de bornes publiques qui ne sont pas déneigées assez rapidement l’hiver. Plusieurs ont aussi soulevé la propension de certains à utiliser les espaces de recharge comme stationnement. 

Plus de bornes, très bientôt 

La situation devrait toutefois évoluer rapidement. Dans son budget 2022-2023, le gouvernement du Québec a annoncé un financement pour l’ajout de 800 bornes sur rue à Montréal et 95 à Québec. 

Du côté fédéral, on a annoncé un investissement de 400 millions pour l’installations de 50 000 bornes de recharge au pays, notamment dans les régions plus éloignées. À cela s’ajoute  500 millions $ à la banque d’infrastructures du Canada pour financer encore plus de bornes de recharge.  

«On peut parler d’environ 100 000 nouvelles bornes de recharge qui seront installées dans les prochaines années», a affirmé le pdg de Mobilité électrique Canada, Daniel Breton, à l’émission Le guide de l’auto sur Qub radio.