Des militants débarquent dans un centre commercial pour dénoncer la présence d’une ferme de Pâques | 24 heures
/panorama

Des militants débarquent dans un centre commercial pour dénoncer la présence d’une ferme de Pâques

Image principale de l'article Des militants s’opposent aux fermes de Pâques

Des militants du groupe Direct Action Everywhere Montréal (DxE Montréal) sont débarqués à la Place Versailles, samedi, pour faire connaître leur mécontentement quant à «l’exploitation d’une ferme de Pâques» dans ce centre commercial.

• À lire aussi: Malgré la COVID-19, voici comment fêter Pâques de façon sécuritaire

Une quinzaine de manifestants ont participé à l’action en début d’après-midi. Ils ont d’abord bloqué l’entrée de la ferme pour ensuite dévoiler une série de pancartes avec des messages réclamant la fin de l’exploitation animale. 

«On pense aux festivités et au bonheur de Pâques, mais il y a ces animaux-là qui sont enfermés et exploités en ce moment, déplore Val To, une militante qui a participé à l’action. Ce type d’exploitation est encore banalisé. On vous donne l'impression que c’est beau, que c’est joyeux [les fermettes] alors que ce ne l’est pas.»

Les animaux, des êtres sensibles

Deux minutes après l’arrivée des militants, les gardes de sécurité les ont forcés à quitter les lieux. Les membres de DxE Montréal en ont profité pour prendre un long détour vers la sortie et pour crier des slogans pour la défense des droits des animaux. 

«On dénonce le fait que les animaux sont des êtres sensibles, qu’ils ont le droit d’être libres, qu’ils ont le droit de ne pas être exploités ou simplement utilisés comme des objets de divertissement pour les humains», a expliqué Val To.

• À lire aussi: Comment l’industrie du chocolat pourrait-elle mieux faire pour la planète?

Plusieurs visiteurs de la Place Versailles ont semblé déroutés par la présence des activistes. Certains clients ont même lancé quelques remarques dégradantes à l’endroit des manifestants. 

Tout au long de l’action, les membres de DxE Montréal se sont fait entendre sans aucune altercation physique avec les gardes de sécurité. Ils se sont dispersés à la sortie du centre commercial. 

• À lire aussi: Pâques est encore une fête spirituelle pour plusieurs jeunes Québécois

Pas la première action

Ce groupe de défense des droits des animaux a déjà organisé plusieurs actions de protestation dans le passé. 

En décembre 2019, douze activistes s’étaient introduits dans la porcherie de l’entreprise Porgreg pour tenter d'exposer le mauvais traitement réservé aux animaux. 

Plus tard, des militants de DxE Montréal avaient fait irruption dans les restaurants Joe Beef et Au Pied de Cochon, en pleine heure du souper, pour dénoncer l’exploitation animale. 

À VOIR AUSSI  

s