La guerre en Ukraine menace la nature | 24 heures
/environment

La guerre en Ukraine menace la nature

Image principale de l'article La guerre menace la nature
AFP

Les troupes russes sont entrées ou ont conduit des opérations dans plus d’un tiers des milieux naturels protégés de l’Ukraine, rendant leurs écosystèmes et leurs espèces vulnérables, s’inquiètent des experts.

• À lire aussi: Qui sont-ils? Trois prisonniers de guerre comme monnaie d’échange entre l’Ukraine et la Russie

• À lire aussi: Zelensky appelle le monde à «se préparer» à une possible attaque nucléaire russe

Des activités militaires ont mené à l’ignition de feux assez gros pour être vus de l’espace dans la Réserve de biosphère de la mer Noire, dans la région de Kherson, en Ukraine.  

«En ce moment, le territoire est occupé par les troupes russes», rapporte le vice-ministre de la Protection environnementale et des Ressources naturelles de l’Ukraine, Oleksandr Krasnolutskyi, au New York Times.

Aucune perte environnementale n’a été enregistrée pour le moment, mais les experts s’inquiètent de la présence russe dans ce territoire d’importance critique pour la reproduction de plusieurs oiseaux rares. 

La zone est habitée également par le rat-taupe, une espèce en danger, le grand dauphin, d'innombrables mollusques, des dizaines de poissons et de fleurs rares, rapporte le New York Times.

«Nous voyons ce qui arrive en Ukraine, nous sommes choqués et horrifiés par le coût humain, d’abord et avant tout, mais aussi par ce qui arrive à l’environnement là-bas», confie Thor Hanson, biologiste et expert des effets des guerres sur l’environnement. 

L’Ukraine abrite de nombreux milieux humides, des forêts et de grandes étendues de plaines vierges. Les troupes russes sont entrées ou ont conduit des opérations militaires dans plus d’un tiers d’entre elles. 

«Leurs écosystèmes et leurs espèces sont devenus vulnérables», affirme M. Krasnolutskyi. 

Des guerres dévastatrices 

Explosions, feux, tranchées, tanks qui piétinent tout sur leur passage: les guerres ont un effet dévastateur sur l’environnement. Elles détruisent des habitats, génèrent de la pollution et tuent la faune. 

«L’environnement est la victime silencieuse des conflits», estime le directeur de la recherche et des politiques à l’Observatoire des conflits et de l’environnement, Doug Weir. 

Des études suggèrent que les guerres nuisent disproportionnellement aux écosystèmes les plus importants de la planète.  

Entre 1950 et 2000, plus de 80% des conflits armés les plus importants ont eu lieu dans de hauts lieux de biodiversité, des zones riches en espèces locales, mais menacées. 

En 2018, des scientifiques ont établi une corrélation entre les conflits armés et un déclin de la faune dans des zones protégées d’Afrique. 

Dans certains cas, la destruction environnementale est même volontaire. Lors de la guerre du Vietnam, par exemple, les forces armées américaines avaient arrosé les forêts de produits chimiques défoliants pour priver leurs ennemis du couvert végétal.

Sur le même sujet