Aide militaire, livraisons d'armes: l’Occident prêt à tout pour battre la Russie? | 24 heures
/panorama/guerre-en-ukraine

Aide militaire, livraisons d'armes: l’Occident prêt à tout pour battre la Russie?

Image principale de l'article L’Occident prêt à tout pour battre la Russie?
AFP

Alors que les annonces de livraisons d’armes en Ukraine se multiplient, la Russie accuse l’Occident de mener une guerre «par procuration», faisant craindre une escalade dans le conflit. Tour d’horizon des derniers développements en Ukraine ainsi que des livraisons d'armes et d'équipements militaires à venir.

• À lire aussi: Voici pourquoi Vladimir Poutine veut gagner la guerre en Ukraine (et y mettre fin) avant le 9 mai

• À lire aussi: Soldat d'Hitler à 17 ans: les mémoires d’Adalbert Lallier, enrôlé de force dans la SS

Les États-Unis prêts à tout  

De l’aveu même du secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, les États-Unis sont prêts à «remuer ciel et terre» pour que l’Ukraine remporte la guerre. 

Lloyd Austin

Photo AFP

Lloyd Austin

Alors que la Russie intensifie les frappes dans l’est du pays, M. Austin a rencontré mardi ses homologues d’une quarantaine de pays alliés sur la base américaine de Ramstein, en Allemagne. Les objectifs de la rencontre: coordonner l’aide et accélérer les livraisons d’équipements militaires, comme des obusiers, des drones et des munitions.

AFP

Lundi, il a même déclaré qu’un des objectifs américains à long terme est de «voir la Russie tellement affaiblie qu’elle ne pourra plus faire le genre de choses qu’elle a faites en envahissant l’Ukraine». 

• À lire aussi: L'Occident réussira-t-il à livrer des armes à temps en Ukraine?

Guerre par procuration  

Cette réorganisation de l’aide occidentale n’est pas vue d’un bon œil par Moscou. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergei Lavrov, accuse l’OTAN de mener une guerre par procuration en fournissant une aide militaire à l’Ukraine. 

«L’OTAN, en substance, est engagée dans une guerre par procuration contre la Russie en armant un mandataire. La guerre, c’est la guerre», a-t-il déclaré aux médias d’État russes, selon ce que rapporte le quotidien britannique The Guardian.

AFP

Le chef de la diplomatie russe a également brandi la menace que le conflit dégénère en troisième guerre mondiale. «Le danger est grave, il est réel, on ne peut le sous-estimer», a-t-il clamé. 

Voici certaines des mesures d’aide annoncées jusqu’à maintenant:   

Canada         

Depuis février, le Canada s’est engagé à fournir environ 94 M$ en aide militaire à l’Ukraine. Ottawa a notamment annoncé l’envoi de mitrailleuses, de carabines, de fusils de précision, de munitions, de grenades, de lance-roquettes et de matériel de surveillance.

La semaine passée, le pays a livré pour la première fois de l’artillerie lourde, notamment des obusiers M777 et des munitions antichars, sans toutefois en préciser le nombre. 

Le Canada s’apprête aussi à envoyer huit véhicules blindés à l’Ukraine, a confirmé lundi une source au gouvernement fédéral.

États-Unis        

Grâce à une aide de 800 M$ US, les États-Unis prévoient envoyer 72 obusiers et leurs véhicules, 144 000 obus et 121 drones tueurs Phoenix Ghost. 

Depuis le début du mandat de Joe Biden, Washington a injecté plus de 4 G$ US en Ukraine. Du matériel militaire de tout genre a déjà été envoyé: véhicules blindés, hélicoptères, systèmes antiaériens, armes antichars, fusils d'assaut, balles et munitions diverses, roquettes à guidage laser, drones Puma, radars anti-artillerie et anti-drones, blindés légers et systèmes de communication sécurisée.

AFP

Royaume-Uni        

Le Royaume-Uni affirme avoir déjà distribué 200 000 équipements militaires de tout genre, dont 4800 missiles antichars NLAW et un petit nombre de Javelin. Quelque 6000 autres missiles seront bientôt envoyés en Ukraine.

Le pays a aussi envoyé des missiles antiaériens Starstreak et promis d'envoyer 120 véhicules blindés (Mastiff, Wolfhound et Husky), en plus d’un nouveau système antinavire.

Le premier ministre britannique, Boris Johnson, a aussi annoncé vendredi qu'il envisage d'envoyer des chars à la Pologne, pour permettre à Varsovie d'envoyer ses propres tanks à l'Ukraine.

Londres a finalement promis 350 millions de livres sterling (plus de 565 millions en dollars canadiens) pour soutenir l'armée ukrainienne, une aide qui s’ajoutera à d’autres mesures humanitaires et économiques.

Espagne        

Madrid a annoncé jeudi la livraison de 200 tonnes de matériel militaire, dont des munitions, une trentaine de camions militaires, des véhicules spéciaux de transport lourd et une dizaine de véhicules légers. Une douzaine d'avions ont déjà été envoyés, en plus de munitions et des armes légères.

France         

La France a livré plus de 100 millions d'euros d'équipements militaires. 

Selon la présidence française, des missiles Milan «ont déjà été donnés» ainsi que des canons Caesar. Des «milliers d'obus» seront également livrés «dans les prochains jours». Puis, une quarantaine de militaires ukrainiens doivent être formés en France au maniement des Caesar, à partir de samedi, a-t-on ajouté.

Allemagne        

Au début du conflit, l'Allemagne a annoncé l'envoi de 1000 armes antichars, de 500 missiles sol-air Stinger, de 2700 missiles sol-air Strela et de munitions. Berlin aurait aussi envoyé quelque 100 mitraillettes, 100 000 grenades, 2000 mines, 15 bombes anti-bunker, des détonateurs et des charges explosives.

L’Allemagne a finalement approuvé des demandes de pays comme l'Estonie et la République tchèque pour envoyer certaines de ces armes en Ukraine, dont des obusiers et des véhicules blindés de transport de troupes.

Les autres pays qui ont envoyé de l’aide jusqu’à maintenant sont:             

  • La Belgique      
  • Les Pays-Bas      
  • La Grèce      
  • L’Italie      
  • La Norvège      
  • La Suède      
  • La Finlande      
  • Le Danemark      
  • La Pologne      
  • La Turquie      
  • La Slovaquie      
  • La Roumanie      
  • Le Japon       
  • La Slovénie      
  • La Bulgarie      
  • La République tchèque      
  • La Lituanie      
  • La Lettonie      
  • L’Estonie            

Avec les informations de l’AFP et de The Guardian