Ce qu’il faut savoir sur le convoi de motards qui risque de paralyser Ottawa ce week-end | 24 heures
/bref

Ce qu’il faut savoir sur le convoi de motards qui risque de paralyser Ottawa ce week-end

Image principale de l'article Un convoi de motards pourrait paralyser Ottawa
Joël Lemay / Agence QMI

Après le convoi de camionneurs qui a paralysé le centre-ville d’Ottawa en février dernier, des motards envahiront les rues de la capitale cette fin de semaine. Voici ce qu’on sait sur ce rassemblement.

• À lire aussi: Peut-on écrire tout et n’importe quoi sur Twitter, au nom de la liberté d’expression?

Qui sont ces motocyclistes?  

Le convoi, baptisé «Rolling Thunder», pourrait rassembler entre 500 et 1000 manifestants, et ce, dès vendredi soir, selon les autorités locales. Des événements sont ensuite prévus pendant toute la fin de semaine.

Les motards comptent manifester près du Monument commémoratif de guerre du Canada, qui se trouve sur la colline du Parlement, à Ottawa.

L'un des organisateurs du Rolling Thunder, Neil Sheard, a mentionné dimanche dernier que puisqu'aucun itinéraire n'a été approuvé par la Ville d’Ottawa, ce sera du «chacun pour soi». «C’est une question de sécurité», a-t-il dit dans une vidéo publiée sur YouTube.

L'un des organisateurs du «Rolling Thunder», Neil Sheard.

Capture d'écran tirée de YouTube

L'un des organisateurs du «Rolling Thunder», Neil Sheard.

De son côté, le Service de police d’Ottawa a précisé que «le droit de tenir des manifestations légitimes et pacifiques sera toujours protégé», mais que des conditions dangereuses ou illégales ne seraient pas tolérées.

• À lire aussi: Power trip de milliardaire? Tout ce qui pourrait changer sur Twitter avec Elon Musk

Pourquoi manifestent-ils à Ottawa?  

Sheard a affirmé au micro de la chaîne radio Newstalk 580 que le convoi visait à «aider à guérir et à redonner sa dignité au monument qui a été désacralisé par les autorités». 

Rappelons que le Monument commémoratif de guerre du Canada avait été clôturé dans la foulée de méfaits commis aux premiers jours de la manifestation du «convoi de la liberté», l’hiver dernier.

Les Vétérans pour la liberté (V4F), qui sont aussi du mouvement, disent quant à eux vouloir rétablir les libertés fondamentales qui auraient été retirées aux Canadiens depuis le début de la pandémie. 

Le groupe Freedom Fighters Canada souhaite finalement forcer le gouvernement fédéral à abolir toutes règles sanitaires encore en place d’un bout à l’autre du pays. 

La police aux aguets  

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, a assuré que tout le monde était à pied d’œuvre pour éviter les dérapages. «Personne ne veut une répétition de ce qui s’est produit avec le convoi des camionneurs, et c’est pourquoi je crois que nous sommes plus proactifs et mieux préparés», a-t-il insisté, mercredi.

La police d’Ottawa ne compte pas quant à elle laisser les manifestants prendre leurs aises aux abords de la colline du Parlement, comme elle l’avait fait avec les camionneurs.

Une interdiction de manifester avec des véhicules à moteur au cœur du centre-ville a d’ailleurs été mise en place. Les forces de l’ordre pourront procéder à des contrôles.

Avec les informations de l'Agence QMI