Connaissez-vous BeReal, le réseau social anti-Instagram dont tout le monde parle? | 24 heures
/bref

Connaissez-vous BeReal, le réseau social anti-Instagram dont tout le monde parle?

Image principale de l'article Connaissez-vous BeReal, l'anti-Instagram?

Débats, prises de position, photos retouchées, mises en scène, mèmes: voici tout ce que vous ne trouverez pas sur BeReal, le nouveau réseau social dont tout le monde parle et qui prend de l’ampleur au Québec. Voici tout ce que tu dois savoir de cette application anti-Instagram.

• À lire aussi: Power trip de milliardaire? Tout ce qui pourrait changer sur Twitter avec Elon Musk

• À lire aussi: Meta pourrait couper Facebook au Canada si la Loi C-18 est adoptée

• À lire aussi: Changements climatiques: Twitter va interdire les publicités trompeuses

C’est quoi, au juste, BeReal?  

Fondée en France en 2020 par Alexis Barreyat, BeReal veut faire un pied de nez aux Instagram, Snapchat et TikTok de ce monde en proposant un réseau social sans «fake».

Le concept est simple: tous les jours, les utilisateurs de partout à travers le monde sont notifiés au même moment. Ils ont alors deux minutes pour prendre et pour publier des photos, peu importe où ils se trouvent et ce qu’ils font. Ils doivent se prendre une photo d’eux et une autre de ce qu’ils voient. 

Attention! La notification quotidienne ne survient jamais à la même heure, tantôt à 8h26, tantôt à 22h43.

Si jamais les deux minutes de publications ne sont pas respectées, il est alors impossible de voir les photos de ses amis et de les commenter. Vous pourrez toutefois publier vos photos en retard (un late) et accéder aux contenus qui ont été publiés.

Comment expliquer la popularité de BeReal?  

BeReal peut être vu comme une manière de «briser la pression de devoir se représenter plus grand que nature», affirme la consultante en communications numériques et réseaux sociaux Nellie Brière.

«Là, il n’y a aucune exigence. Tu prends ta caméra, tu prends ta photo et c’est fini, mentionne celle qui est elle-même sur l’application depuis huit mois. J’ai l’impression d’être plus proche de mes amis qui sont sur BeReal.»

Nellie Brière, conférencière et consultante en communications numériques et  réseaux sociaux

Courtoisie

Nellie Brière, conférencière et consultante en communications numériques et réseaux sociaux

L’aspect du «deux minutes pour prendre une photo», c’est ce qui est intéressant, poursuit-elle. «Voir ce que les gens font au même moment, tout le monde ensemble, c’est comme un petit moment d’interaction, un mini café entre amis», dit-elle.

Sur BeReal depuis près de six mois, Nour Haddaoui compare l’application à «un trip de gang». Pour elle, BeReal est une bonne manière de célébrer le quotidien dans tout ce qu’il a de plus banal. «Tu peux être sur la bol ou manger un bol de céréales et ce sera ton BeReal.»

BeReal, le nouvel Instagram?  

BeReal ne remplace pas des réseaux sociaux comme Instagram, insiste Nellie Brière.

Au contraire, les applications «vont très bien cohabiter ensemble», puisque «ce qu’on fait sur Instagram ne peut être fait sur BeReal», comme cumuler les abonnés, être populaire et travailler son image.

Le nouveau réseau social est d’ailleurs clair dans sa description: «BeReal ne te rendra pas connu ni famous. Si tu veux devenir un influenceur, tu peux rester sur TikTok et Instagram.»

Nellie Brière ne serait d’ailleurs pas surprise de voir Instagram s’inspirer de BeReal en adoptant certaines de ses fonctionnalités.

Le quotidien sans filtre, vraiment?  

En un an, l’utilisation que fait Jean-Christophe Diaque de BeReal a évolué. Celui qui est aujourd’hui suivi par environ 80 amis ne se contente plus de juste prendre des photos pour prendre des photos.

«À chaque BeReal, je me dis “qu’est-ce que je fais aujourd’hui?” Ce n’est plus “Je prends mon cell et je prends ma photo”», confie-t-il, ajoutant que lorsqu’il n’avait qu’une poignée d’amis qui le suivaient, «c’était bien plus “real”».

Nour Haddaoui admet elle aussi que son quotidien est parfois arrangé par le gars des vues. Il lui arrive en effet d’attendre pour prendre ses photos lorsqu’elle a quelque chose de «fun» de prévu dans sa journée.

Une vidéo qui pourrait vous intéresser:   

s