Une piqûre de cette tique pourrait vous rendre allergique à la viande rouge | 24 heures
/bref

Une piqûre de cette tique pourrait vous rendre allergique à la viande rouge

Image principale de l'article Une tique peut vous rendre allergique à la viande
Courtoisie CDC

Devenir végétarien à cause d’un insecte: c’est ce qui pourrait vous arriver si vous vous faites piquer par une tique étoilée, qui provoque une allergie à la viande rouge. Voici ce qu’il faut savoir sur cette créature qui suscite l’inquiétude aux États-Unis.

• À lire aussi: Vous avez été piqué par une tique? Voici tout ce qu'il faut faire pour éviter la maladie de Lyme

• À lire aussi: Les infections transmises par les tiques devraient augmenter avec le réchauffement climatique

Qu'est-ce qui cause l’allergie à la viande?  

Au moment de piquer, l’Amblyomma americanum, mieux connue sous le nom de tique étoilée d’Amérique, introduit dans le sang humain la molécule alpha-gal, un sucre qui est présent dans son intestin et sa salive. Le corps de la personne piquée produit alors des anticorps pour tenter de se débarrasser de cette molécule.

Cette molécule, la tique étoilée, reconnaissable à la tache blanche qu'elle a sur le dos si c’est une femelle, la prend en piquant des animaux, comme le cerf. La molécule alpha-gal est également présente dans la viande rouge que l'on consomme. 

COURTOISIE CDC

Dans le système digestif, la molécule ne pose aucun problème de santé. Mais lorsqu'elle circule dans le sang, par exemple après une piqûre, elle provoque une réaction du système immunitaire, qui tente de se débarrasser de la molécule. 

Une personne infectée le restera à tout jamais. 

• À lire aussi: Sa santé bouleversée à cause des changements climatiques

Dans quels produits l’alpha-gal est-elle présente?  

Une personne piquée par la tique aura une réaction allergique lorsqu’elle mangera, par exemple, du bœuf, du porc ou de l’agneau, qui contiennent la molécule alpha-gal. Au contact de la fameuse molécule, le corps humain infecté par l’insecte tente à nouveau de rejeter l’ennemi indésirable. 

Joël Lemay / Agence QMI

Selon diverses études, les réactions allergiques surviennent trois à sept heures après l'ingestion d'un morceau de viande, une fois la digestion bien entamée. L’allergie pourrait alors causer un choc anaphylactique, de l'urticaire, une enflure, des vomissements et de la diarrhée.

En revanche, une personne infectée pourra toujours manger de la volaille ou du poisson, puisque ceux-ci ne produisent pas la molécule indésirable.

Ce n’est pas tout! Certains produits d’origine animale, comme des médicaments ou des produits de beauté, peuvent contenir l’alpha-gal et, donc, provoquer des réactions allergiques.

D’où vient la tique étoilée?  

L’Amblyomma americanum vient du sud-est des États-Unis. Toutefois, en raison des changements climatiques, de plus en plus de tiques qui survivent à l’hiver ont tendance à monter plus au nord, rapporte le Washington Post.  

La capitale américaine, Washington D. C., est d'ailleurs actuellement aux prises avec une montée des cas. 

La présence de la tique étoilée s'étend maintenant jusqu'au nord et à l'ouest des États-Unis.

Centers for Disease Control and Prevention (CDC)

La présence de la tique étoilée s'étend maintenant jusqu'au nord et à l'ouest des États-Unis.

À noter que la tique étoilée ne transmet pas la maladie de Lyme à l’humain, contrairement à sa cousine, l'Ixodes scapularis.

L’insecte est-il présent au Québec?  

Selon l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), aucune donnée probante n’indique la présence de la tique étoilée dans la Belle Province. 

Ce n'est toutefois pas impossible. En effet, vous pourriez être piqué par une tique adventice, c’est-à-dire une tique qui n’est pas dans son aire géographique habituelle, comme la tique étoilée. 

L’INSPQ explique que l’insecte peut voyager! Une tique étoilée pourrait, par exemple, s’accrocher à un oiseau provenant de Washington pour sucer son sang et «l’accompagner» jusqu’au Québec à la recherche d’un nouvel hôte.

Avec les informations de l'Agence Science-Presse