La golfeuse Lydia Ko s’ouvre sur ses menstruations à un journaliste, qui ne sait plus quoi répondre | 24 heures
/bref

La golfeuse Lydia Ko s’ouvre sur ses menstruations à un journaliste, qui ne sait plus quoi répondre

Image principale de l'article Une golfeuse parle de ses règles à un journaliste
AFP

«C’est ce moment du mois»: la joueuse de golf professionnelle néozélandaise Lydia Ko a confié à un journaliste qu’elle avait des douleurs menstruelles après un tournoi, le week-end dernier. Sa réponse franche a paru surprendre le journaliste, qui est resté bouche bée.

• À lire aussi: De plus en plus de villes remboursent les produits menstruels réutilisables

• À lire aussi: Une mère affirme boire son propre sang menstruel pour améliorer sa santé

• À lire aussi: L'Ontario devient la 4e province canadienne à offrir gratuitement les produits menstruels à ses élèves

Dimanche dernier, alors qu’elle disputait le Championnat Palos Verdes de la LPGA, la joueuse de 25 ans semblait avoir mal au dos et a reçu des traitements de son thérapeute sportif. 

Lorsque le journaliste sportif du Golf Channel Jerry Foltz lui a demandé, en fin de parcours, s’il fallait s’inquiéter pour une blessure au dos, la troisième joueuse au monde a répondu ceci: «J’espère que non! C’est ce moment du mois!»

 

«Je sais que les femmes qui regardent se disent probablement: “Ouais, je te comprends.” Quand ça arrive, mon dos devient vraiment tendu et je suis toute tordue [...] Alors, ouais, voilà pourquoi», a-t-elle poursuivi. 

«Euh... merci!»  

Le journaliste ne s’attendait vraisemblablement pas à une réponse aussi franche de celle qui a gagné jusqu’à présent 17 championnats de la LGPA. Après avoir bégayé et cherché ses mots, Jerry Foltz y est allé d’un bon vieux: «Euh, merci!»

«Je sais que tu manques de mots, Jerry. C’est ça, l’honnêteté!» a ajouté Lydia Ko, tout sourire. 

Après l’entrevue, la golfeuse a reçu une vague de soutien sur les réseaux sociaux pour avoir contribué à briser le tabou qui entoure les règles dans le sport professionnel. Des internautes souhaitent d’ailleurs qu'on en parle plus, pour les normaliser.