Regarder Airbnb quand on est à la recherche d'un appartement, ça peut être décourageant | 24 heures
/panorama

Regarder Airbnb quand on est à la recherche d'un appartement, ça peut être décourageant

Image principale de l'article Regarder Airbnb quand on cherche un appart
Airbnb

Incapable de trouver un logement abordable à Montréal sur les sites de petites annonces, une locataire s’est prêtée avec le 24 heures à l’expérience de voir si la plateforme Airbnb recensait des logements qu’elle aimerait habiter. La réponse? Oui, mais malheureusement, leurs propriétaires les destinent aux touristes, non pas aux Montréalais! 

• À lire aussi: La chambre secrète du Moulin Rouge de Paris à louer sur Airbnb

Rania Chobah cherche un 3 ou 4 1⁄2 à un prix maximum de 900$, n’importe où sur l’île de Montréal. «Je ne suis pas difficile... il faut juste que ce soit salubre, spacieux et lumineux», ajoute-t-elle en riant. 

Son objectif de ne pas payer plus de 900$ semble bien bas face au marché locatif, mais pour Rania, cela représente tout de même 40% de son salaire mensuel. Elle habite seule dans un 4 1⁄2 somme toute abordable de 790$ par mois dans le quartier Rosemont. Pourquoi vouloir partir, alors? «Je fais de l’insomnie avec le bruit excessif de ma voisine, en plus de la moisissure dans les murs», se désole la jeune femme de 33 ans. 

Pour le moment, Rania passe environ 30 minutes par jour après le travail à regarder les sites comme Kijiji, avec comme résultat des propositions peu alléchantes et surtout très dispendieuses. Rania a alors accepté de regarder sur Airbnb avec le 24 heures pour voir si son appartement idéal se trouve à la disposition des touristes. 

Pour notre recherche, nous avons consulté avec Rania uniquement les appartements complets à louer disponible sur une bonne période de temps, soit jusqu’en en octobre 2022. Nous avons regardé pour tous les quartiers de Montréal. 

Retour dans son quartier natal?  

Rania a habité dans le Mile-End pendant toute sa jeunesse. Elle aimerait retourner y habiter, mais les logements sur Kijiji sont inaccessibles pour son budget.  

Elle jette quand même un coup d’oeil sur Airbnb pour voir les logemnts qui s’y trouvent, et a un coup de cœur pour un 4 1⁄2 comprenant une grande chambre et une autre pièce aménagée en atelier de peinture et en bureau.  

Appartement situé dans le Mile-End

Airbnb

Appartement situé dans le Mile-End

«J’aurais aimé ça retourner dans ce quartier là, lance-t-elle en commençant à naviguer sur Airbnb. Mais j’ai mis une croix là-dessus depuis un bon moment.» 

En regardant les appartements disponibles dans le Mile-End, Rania et moi voyons bien pourtant que plusieurs dizaines de logements entiers pourraient être mis à la disposition de locataires dans ce quartier.  

Rania décide de se tourner vers les autres quartiers de la ville, se disant que, de toute façon, le Mile-End est hors de portée aujourd’hui. 

• À lire aussi: 8 idées de partout dans le monde pour sortir de la crise du logement

Les appartements rêvés de Rania   

En cherchant sur Airbnb, Rania a trouvé des appartements un peu partout sur l’île qui à l’oeil sembleraient dans la gamme de prix qu’elle devrait pouvoir se permettre. 

Voici les résultats. 

4 1⁄2 (Côte-des-Neiges) 

Situé à un jet de pierre du métro Côte-des-Neiges, un 4 1⁄2 semble fraîchement rénové avec des armoires et un plancher impeccable. 

«C’est mon préféré, indique sans hésitation Rania. Je pense qu’il colle mieux avec le prix que je pourrais payer. La localisation est parfaite, en plus d’avoir deux chambres bien insonorisées et d’être dans un coin plus tranquille. Ça prend 10 minutes aller au Mile-End (où je vais tout le temps). Je le louerais sans hésiter», dit-elle. 

Airbnb

4 1⁄2 (Rosemont) 

Elle a aussi repéré un 4 1⁄2 dans Rosemont. Le logement semble très épuré avec deux grandes chambres et est en parfaite condition. Une très grande cour (pour les standards montréalais) est même disponible pour le ou la locataire.  

«Ce qui est fun de celui-là, c’est qu’il a une cour. C’est très rare à Montréal et, en plus, il est rénové. La pièce de plus pour mettre mon bureau et pratiquer la peinture est aussi très intéressante.» 

Airbnb

3 1⁄2 (Rosemont) 

Même si le logement n’a «pas de salon» et n’est pas super grand, un 3 1⁄2 de Rosemont retient quand même son attention parce qu’il est très coloré et possède une belle cour arrière. Il faut toutefois s’attendre à prendre souvent l’autobus, alors que le métro n’est pas tout à fait proche.  

«Il est spacieux avec beaucoup de luminosité. Même si la cuisine n’est pas super moderne, tant que c’est propre et salubre, ça me va.» 

Airbnb

3 1⁄2 (Verdun) 

Un autre beau 3 1⁄2 bien entretenu situé non loin d’un métro, à Verdun, est identifié par Rania. Le bel espace commun pour le salon et la salle à manger est très lumineux.  

«Ça se répète avec le dernier appart, mais j’aime encore ici la luminosité et l’espace pour mon télétravail», juge Rania. 

Un constat décourageant 

Le même constat est posé pour tous les quartiers: on se rend bien rapidement compte que malgré le taux d’inoccupation faible, les appartements pleuvent à tous les coins de rue de la ville sur Airbnb. 

Mais le prix de location des appartements - à la discrétion des propriétaires, vu qu'il s'agit d'hébergement de courte durée - excède le prix que la majorité des locataires peuvent se permettre. Un simple 4 1/2 peut y coûter 6000$ de location pour un mois. Une idée alléchante pour un propriétaire qui veut arrondir ses fins de mois.

«Les appartements sont tous au-dessus des prix que ça devrait coûter», constate Rania. 

«Je réalise que ça fait énormément de logements à louer temporairement alors que des familles rushent», s’attriste Rania. 

Malgré tout, la jeune femme ne perd pas espoir, et continue de chercher tranquillement un nouvel appart en attendant de pouvoir accéder à la propriété... 

À VOIR AUSSI 

s