Alerte surdose : du cannabis contaminé aux opioïdes | 24 heures
/bref

Alerte surdose : du cannabis contaminé aux opioïdes

Image principale de l'article Du cannabis contaminé aux opioïdes
AFP

La santé publique de Montréal appelle les consommateurs de cannabis de rue à la vigilance après qu’une surdose sévère ait été signalée.

• À lire aussi: 500 kilos de cocaïne saisis sur un site Nespresso en Suisse

• À lire aussi: Une soirée dans un rave pour analyser des drogues

Selon les informations de la direction nationale de la santé publique du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal (DRSP de Montréal), le cas présentait des signes et symptômes d’une surdose d’opioïdes avec arrêt respiratoire. La victime a dû recevoir plusieurs doses de naloxone et a été hospitalisée.

L’évènement s’est produit après une consommation fumée de cannabis de rue vendue sous forme de cocotte de couleur verdâtre/brunâtre. Une enquête est en cours afin de comprendre l’incident.

«À la lumière de cette situation, il est possible que le cannabis de rue en circulation soit contaminé avec des opioïdes. Les opioïdes sont associés à des risques élevés de décès surtout chez des consommateurs qui pourraient être exposés à leur insu», a mentionné la DRSP de Montréal par voie de communiqué.

Il faut noter qu’une personne en surdose d’opioïde pourrait avoir de la somnolence importante, des ronflements, du myosis (pupilles contractées), des difficultés respiratoires et de la cyanose (lèvres et ongles bleutés). Ultimement, ces symptômes pourraient mener à un arrêt cardio-respiratoire.

Un médicament existe afin de renverser les effets d’une surdose : la naloxone. «En cas de surdose, appelez le 911 immédiatement pour une intervention rapide et optimale. Une prise en charge en milieu hospitalier pour administration de naloxone sous supervision médicale ou gestion des voies respiratoires pourrait être requise», a-t-on rappelé dans le communiqué.

La population est invitée à signaler toute situation suggérant une contamination du cannabis de rue par des opioïdes via le site de la santé publique.

• À lire aussi: Sur Instagram, il veut convaincre les hommes que c’est OK de pleurer

La DRSP de Montréal invite les consommateurs de cannabis de rue, quel que soit le mode de consommation (par ingestion, par inhalation ou autre), à être prudents et encourage cliniciens et intervenants à rehausser les interventions de prévention des décès auprès de ceux-ci :

1. Faire circuler l’information concernant le risque de surdose sévère et de décès liés à la consommation de cannabis de rue.

2. Offrir un counseling sur les pratiques de consommation à risques réduits : 

  • Préconiser l’achat de cannabis de source légale (contenu connu et de qualité) à la SQDC 
  • Éviter de consommer seul 
  • Lorsque plusieurs personnes consomment, éviter de consommer tous en même temps 
  • Avoir de la naloxone disponible en quantité suffisante et savoir l’utiliser lorsqu’une personne présente des signes de surdose. En cas de doute, ne pas hésiter à l’utiliser (aucun danger même si non nécessaire). 
  • Appeler le 911 en cas de surdose (la Loi sur les bons samaritains secourant les victimes de surdose assure l’immunité contre les poursuites pour possession simple aux témoins de surdose ayant composé le 911)  

3. Renseigner et accompagner au besoin les personnes afin d’obtenir gratuitement la naloxone dans les organismes et pharmacies communautaires inscrits dans le répertoire de l’INSPQ.

s