Apple lance – enfin – son premier programme d'autoréparation | 24 heures
/environment

Apple lance – enfin – son premier programme d'autoréparation

Image principale de l'article Enfin un programme d'autoréparation
AFP

Après des années à refuser de laisser les utilisateurs réparer leurs propres appareils, Apple a finalement flanché. La société a lancé la semaine dernière son premier programme de «réparation libre-service» pour les iPhone les plus récents. 

• À lire aussi: Apple pourrait produire des iPhone sans encoche dès 2024, selon un expert

• À lire aussi: Bientôt la fin pour les mots de passe?

Les propriétaires américains d'iPhone 12, 13 et SE de troisième génération peuvent désormais commander des pièces d'origine et des outils Apple pour effectuer des réparations de base sur leur téléphone, comme le remplacement de l'écran et de la batterie.  

Ils ont également accès aux «manuels officiels» pour restaurer leur appareil. 

L’entreprise, qui avait annoncé la réparation libre-service en novembre dernier, était demeurée très discrète à ce sujet, si bien que les «fans» d'Apple commençaient à se demander si elle ne les avait pas oubliés, rapporte le magazine Grist

Il faut savoir que la société se bat depuis longtemps pour garder la mainmise sur l’entretien et la maintenance de ses produits. 

En 2019, le Congrès américain a lancé une enquête sur le contrôle exercé par Apple sur le marché des réparations d'iPhone.  

De passage devant la Chambre des représentants des États-Unis en novembre 2019, l’entreprise avait assuré qu’elle ne bloquait en aucun cas les réparations faites par des tierces parties.   

Un bon début   

Pour les consommateurs, un tel programme est «la moindre des choses» à l’heure où la science en appelle à la décroissance et la réutilisation pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES).  

Mais pour des entreprises comme Apple, Microsoft et Google, il s’agit d’un changement majeur de politique. Ces géants ont non seulement conçu des produits difficiles à réparer, mais ils se sont aussi toujours battus contre les projets de loi visant à soutenir le «droit de réparer».

Le programme de réparation libre-service a aussi ses failles, souligne Wired

D’abord, parce qu’Apple exerce un contrôle strict sur ses pièces. Pour qu'une réparation soit considérée comme valide, les utilisateurs doivent acheter des pièces portant le sceau d'approbation Apple, ce qui les rend plus chères. 

Pour l'instant, le programme de réparation d'Apple s’adresse uniquement aux clients américains, détenteurs des modèles d’iPhone les plus récents.  

La société affirme cependant qu'elle étendra le programme à d'autres pays, et qu'elle proposera des pièces et des services pour les ordinateurs Mac plus tard dans l'année. 

D’autres entreprises suivent le pas  

Pour répondre aux exigences des consommateurs – et à la crise climatique –, des programmes similaires offerts par d’autres géants technologiques sont à venir. 

À la fin du mois de mars et au début d'avril, Samsung et Google ont annoncé leur intention de vendre des pièces pour la réparation des téléphones intelligents dans le cadre de partenariats avec le site iFixit.  

Ces programmes devraient être lancés dans les prochains mois.

Microsoft a également assuré qu’elle prendra des mesures pour faciliter la réparation de ses appareils d'ici la fin de l'année. 

Sur le même sujet