Deux ans après la mort de la baleine à bosse, un petit rorqual aperçu à Montréal | 24 heures
/environment

Deux ans après la mort de la baleine à bosse, un petit rorqual aperçu à Montréal

Image principale de l'article Un rorqual aperçu dans le Vieux-Port de Montréal
MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Deux ans après la visite – qui s’était conclue tragiquement – d’une baleine à bosse dans le Vieux-Port de Montréal, voilà qu’un petit rorqual a été aperçu hier au même endroit, non loin de la Biosphère. Voici ce qu’il faut savoir de la situation.

On ignore comment le mammifère marin a pu atteindre la métropole, qui se trouve à plus de 450 km de l’estuaire du Saint-Laurent qu’il fréquente habituellement, indique Robert Michaud, directeur général du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM).

• À lire aussi: 9 fois où des animaux qu’on ne s’attendait pas à voir à Montréal ont créé l’émoi

«Ça arrive que des animaux comme les baleines ou les rorquals fassent une série d’erreurs de navigation et se retrouvent loin de leur habitat naturel. Est-ce que c’est parce qu’il a poursuivi des bancs de poissons? Est-ce qu’il est malade? On ne le sait pas», explique M. Michaud en entrevue au 24 heures, ajoutant que, sans être fréquent, le phénomène s’observe occasionnellement. 

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Le GREMM suppose toutefois que le mammifère est arrivé assez récemment à Montréal, puisqu’on ne note pas de signes particuliers d’algues sur son dos. D’ailleurs, la présence prolongée du petit rorqual en eau douce pourrait être problématique pour sa santé, justement en raison de ces organismes qui peuvent se coller à sa peau et dont il est difficile pour l’animal de se débarrasser.

Comble du hasard: on l’a repéré à peine quelques mètres plus loin où la baleine à bosse avait été vue en mai 2020, dans le chenal Le Moyne, situé entre l’Île Notre-Dame et l’Île Sainte-Hélène.

Éviter le pire  

Pour éviter que le petit rorqual ne connaisse le même destin tragique que la baleine à bosse il y a deux ans, le GREMM compte émettre un avis à la navigation afin de prévenir les collisions entre le mammifère et un bateau avec à son bord des curieux venus l’observer.

En 2020, une baleine à bosse avait été aperçue dans le Vieux-Port de Montréal. Elle avait finalement été retrouvée morte à l’est de la métropole.

Photo d'archives

En 2020, une baleine à bosse avait été aperçue dans le Vieux-Port de Montréal. Elle avait finalement été retrouvée morte à l’est de la métropole.

«C’est un animal plus petit [que la baleine à bosse], plus difficile à détecter, mais aussi plus facile à éviter», souligne M. Michaud. 

Inquiet pour l’animal, le GREMM a envoyé des bénévoles du Réseau québécois d’urgence pour les mammifères marins de Tadoussac pour veiller sur le petit rorqual. On ne prévoit toutefois pas d’intervention pour repousser ou extraire l’animal du milieu. Pour l’instant, l’animal semble en bonne condition et paraît nager librement, indique le GREMM. Il ne serait pas non plus en danger immédiat, mais l’environnement du Port de Montréal est loin d’être idéal pour lui.

Il est possible de suivre la situation par le biais de mises à jour quotidiennes sur le site du GREMM.