L’Espagne donnera trois jours de congés menstruels payés aux femmes | 24 heures
/bref

L’Espagne donnera trois jours de congés menstruels payés aux femmes

Image principale de l'article 3 jours de congés menstruels en Espagne
AFP

L’Espagne pourrait bientôt devenir le premier pays d’Europe à offrir aux femmes des congés menstruels.

• À lire aussi: De plus en plus de villes remboursent les produits menstruels réutilisables

• À lire aussi: L'Ontario devient la 4e province canadienne à offrir gratuitement les produits menstruels à ses élèves

• À lire aussi: Une mère affirme boire son propre sang menstruel pour améliorer sa santé

Si les nouvelles lois sont adoptées par Madrid, les travailleuses qui souffrent de fortes douleurs menstruelles auront en effet droit à trois jours de congés payés, rapporte le média local El País. Certaines travailleuses qui ont des crampes sévères, des nausées, des faiblesses ou des vomissements pourraient même avoir droit à cinq jours d'absence.

À l'heure actuelle, seulement quelques pays ont adopté de telles mesures, dont le Japon, la Corée du Sud et l’Indonésie.

La Société espagnole de gynécologie et d’obstétrique rapporte qu’environ un tiers des femmes en Espagne souffrent de dysménorrhée, c'est-à-dire de douleurs sévères liées à leurs règles (maux abdominaux, diarrhée, maux de tête, fièvre, etc.).

À travers le monde, entre 60 et 90% des femmes qui ont leurs règles souffrent de dysménorrhée, selon l’International Journal of Environmental Research and Public Health.

La secrétaire d’État à l’égalité hommes-femmes et aux violences sexistes d’Espagne, Ángela Rodríguez, a récemment affirmé au média espagnol El Periodico que c'était «très raisonnable» de donner des congés aux femmes souffrant de dysménorrhée. 

Finie, la taxe rose  

L'Espagne pourrait adopter d'autres mesures en matière de santé féminine. Les écoles, les prisons et d'autres établissements pourraient, par exemple, être contraints de fournir gratuitement des produits sanitaires aux femmes. 

Les taxes sur les produits hygiéniques, comme les tampons et les serviettes hygiéniques, seront également abolies. 

AFP

Finalement, une loi permettra aux jeunes femmes âgées de 16 et 17 ans de se faire avorter sans approbation parentale. Pour l’instant, elles doivent être âgées de 18 ans ou plus.