«On ne fait pas d’argent avec ça»: une maison de Saint-Sauveur à louer pour 54 000$ par année | 24 heures
/portemonnaie

«On ne fait pas d’argent avec ça»: une maison de Saint-Sauveur à louer pour 54 000$ par année

Une maison de Saint-Sauveur à louer pour 4 500$ par mois
Courtoisie Proprio Direct

Une maison de Saint-Sauveur à louer pour 4 500$ par mois

Avez-vous 4500$ par mois à consacrer à votre loyer? Eh bien, c'est ce que demande une propriétaire de Saint-Sauveur dont l’annonce sur Facebook Marketplace a grandement fait réagir.

• À lire aussi: Le Tribunal administratif du logement ne fonctionne pas, changeons-le !

«Luxueuse maison de campagne à couper le souffle! Tout simplement un bijou!», peut-on lire dans l’annonce publiée jeudi. La maison comprend trois chambres, deux salons et deux terrasses, selon l’annonce publiée jeudi. 

Le bail doit être signé pour une durée d’au moins 4 mois. 

La section commentaire de la publication s’est rapidement enflammée à la vue du prix du loyer pour cette coquette demeure construite en 1981, qui s'élève à 54 000$ pour un an. 

«Juste 4500$!?!? Sincèrement je crois que 12 500$ serait raisonnable pour cette "grande" maison voyons», écrit un internaute.  

«Une maison comme la mienne vaut 10 000$ ou 12 000$», de loyer par mois  

La propriétaire Émilie Arcand Malouin, qui possède une dizaine de maisons locatives à Mirabel et à Saint-Sauveur, se défend de demander trop cher pour sa maison à louer. 

«Juste à Estérel [une ville des Laurentides], une maison comme la mienne est à 10 000$ ou 12 000$. Les gens devraient plutôt s’informer au lieu de critiquer... Tout va avec la valeur que la maison a été payée», exprime-t-elle.  

Comme citoyenne, elle dit ne pas avoir de contrôle sur l’offre de logements abordables et que c'est au gouvernement de favoriser la création d'Habitations à loyer modique (HLM).  

La propriétaire précise que le loyer est fixé en fonction du prix qu’elle dit avoir payé la maison, soit 700 000$ – près du double du prix demandé à la vente –, et des dépenses comme les taxes, les réparations et des services comme le déneigement.  

«On ne fait pas d’argent avec ça. On espère qu’elle va prendre la valeur et faire un profit à la vente», juge-t-elle.  

Mme Arcand Malouin dit aussi louer des maisons encore plus dispendieuses, environ à 5000$ ou 6000$ par mois. Elle assure que ses locataires sont heureux de son service cinq étoiles, qui comprend notamment des «verres en cristal», des «électros neufs», des «draps égyptiens», un «toaster nouvelle génération» et des «nouvelles télévisions».  

Des commentaires «désobligeants» sur Marketplace  

La propriétaire dénonce le nombre de commentaires «désobligeants» qu’elle reçoit sous chacune de ses nouvelles annonces publiées sur Facebook Marketplace. 

«C’est très choquant pour moi de me faire dire en pleine face que je vole les gens et que c’est pour payer mon botox ou encore que je suis une fraudeuse», indique-t-elle.  

• À lire aussi: Crise du logement: «l'impact d'Airbnb est évident»

Certaines personnes n’ont même pas visité la place et la qualifie de «chiotte», donne-t-elle en exemple. 

Elle affirme tout de même avoir reçu plusieurs appels de la part de locataires intéressés depuis la publication de son annonce. 

Rappelons que plusieurs municipalités de cette région située au nord de Montréal sont aux prises avec une grave pénurie de logements. Il est impossible de connaître le taux d’inoccupation à Saint-Sauveur (la donnée n'est pas disponible), mais le village voisin, Saint-Adèle, affiche un taux de 0.8%. C’est bien loin du seuil d’équilibre de 3% établi par la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL).