Prix plafond sur l’essence: «ça ne nuira pas à la transition énergétique», plaide PSPP | 24 heures
/environment

Prix plafond sur l’essence: «ça ne nuira pas à la transition énergétique», plaide PSPP

Image principale de l'article «Ça ne nuira pas à la transition énergétique»
TOMA ICZKOVITS

Paul St-Pierre Plamondon persiste et signe malgré les critiques sur le prix plafond sur l’essence. Selon lui, cette «mesure temporaire» permettrait de se donner le temps de bonifier l’offre de transport en commun et d’augmenter la flotte de véhicules électriques disponibles sur le marché.

Jugeant que les pétrolières s’adonnent à un «vol qualifié» auprès des automobilistes, le chef du Parti Québécois (PQ) proposait dimanche de limiter temporairement à 1,60$ le litre le prix du carburant. 

• À lire aussi: Le PQ veut plafonner à 1,60$ le prix de l’essence et dénonce les pétrolières qui font des tonnes de profit

«Je rappelle que c’est une mesure temporaire parce que n’est pas une solution», insiste M. St-Pierre Plamondon en entrevue téléphonique. 

Le chef PQ, qui courtise les environnementalistes depuis son élection à la tête du parti en octobre 2020, est d’avis qu’elle ne nuira pas à la transition énergétique. 

Hier, des spécialistes en politiques énergétiques interrogés par le 24 heures ont pourtant condamné cette approche, jugée même «populiste» par le professeur de HEC Montréal et titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l’énergie, Pierre-Olivier Pineau. 

• À lire aussi: Plafonner à 1,60$ le prix de l’essence: «Ça ne réglera rien»

En payant moins cher, les usagers de la route seront appelés à conserver leurs véhicules à essence et leurs mauvaises habitudes, a fait valoir le professeur Pineau. 

Et les experts s’accordent: une augmentation du prix de l’essence amène nécessairement une diminution de la quantité consommée, et donc, des émissions des gaz à effet de serre (GES). 

Contrer la hausse des prix  

Pour M. St-Pierre Plamondon, un prix plafond temporaire sur le carburant permettrait de laisser souffler les consommateurs pris à la gorge par l’inflation, d’une part, mais aussi d’améliorer le service de transport en commun et de stimuler l’offre de véhicules électriques. 

• À lire aussi: Cette pizza vous montre comment les prix vont continuer à augmenter cette année

«En six mois, on a le temps de bonifier l’offre de transport en commun, juge-t-il. Pour les véhicules électriques, ça prend plus de temps pour que les constructeurs automobiles s’y conforment, mais on devrait au moins voir le gouvernement augmenter les quotas. 

Si on veut que les gens se libèrent du pétrole pour toujours, on doit leur donner des solutions fonctionnelles et attrayantes, poursuit le chef du PQ. Mais, si on les culpabilise, il se peut qu’une partie de la classe moyenne se retourne contre les environnementalistes.» 

Pour aider les personnes les plus touchées par la hausse des prix, les experts recommandent plutôt d’instaurer une taxe sur les profits exceptionnels du secteur pétrolier et gazier, et de leur redistribuer les revenus. 

Sur le même sujet