Projet de loi 96: des manifestants affichent leur appui | 24 heures
/bref

Projet de loi 96: des manifestants affichent leur appui

Image principale de l'article PL96: des manifestants affichent leur appui
Thierry Laforce / Agence QMI

Plus d’une centaine de personnes qui s'inquiètent pour la pérennité de la langue française se sont réunies afin de montrer leur soutien au projet de loi 96, samedi après-midi, à Montréal. 

• À lire aussi: Mobilisation contre le projet de loi 96: 4 revendications pour mieux comprendre la grogne

• À lire aussi: Le projet de loi 96 ne passe pas dans les cégeps anglophones

«La langue française est de plus [en plus] menacée à Montréal, [...] je l’ai remarqué au fil des années», lance Chantal Dufresne, venue manifester en compagnie de sa fille.   

Elle affirme, par exemple, qu’il n’est pas rare qu’elle se fasse accueillir en anglais dans les magasins quand elle se rend au Carrefour Laval.   

Chantal Dufresne et sa fille étaient présentes à une manifestation en appui au projet de loi 96 qui vise à protéger le français au Québec.

Geneviève Abran

Chantal Dufresne et sa fille étaient présentes à une manifestation en appui au projet de loi 96 qui vise à protéger le français au Québec.

Même constat chez sa fille, qui «affectionne» particulièrement sa langue maternelle. Dans les corridors de son cégep francophone, elle constate que plusieurs ont des conversations uniquement en anglais. Même si elle salue le fait que des anglophones font l’effort de recevoir leur éducation en français, elle se désole qu’ils ne parlent pas la langue de Molière lors de leurs interactions sociales.   

«De façon insidieuse, on nous impose l’anglais, déplore Chantal Dufresne. On a l’impression de se faire étrangler et qu’on ne peut plus rien dire, alors que c’est tout à fait correct de vouloir protéger sa langue.»  

Une loi plus stricte demandée  

Certains manifestants souhaitent que le gouvernement aille encore plus loin que ce qui est actuellement prévu dans le projet de loi 96.  

«Le projet de loi 96 ne réglera pas le problème de la langue française», pense Louis-Philippe Sauvé. Selon lui, des mesures plus rigoureuses, comme imposer la loi 101 dans les cégeps, seraient un meilleur moyen d’assurer la survie du français.   

Louis-Philippe Sauvé était présent à une manifestation en appui au projet de loi 96 qui vise à protéger le français au Québec.

Geneviève Abran

Louis-Philippe Sauvé était présent à une manifestation en appui au projet de loi 96 qui vise à protéger le français au Québec.

«Il n’y a rien dans le projet de loi 96 qui brime fondamentalement les droits des anglophones», assure-t-il. La semaine dernière, des milliers de manifestants s’étaient rassemblés à Montréal pour signaler leurs inquiétudes face à la réforme de la loi 101.  

Samedi, la communauté de Kahnawake a forcé la fermeture du pont Honoré-Mercier lors d'une manifestation pour s'opposer au projet de loi 96. Comme la langue première de beaucoup de membres de la communauté est l'anglais, en raison notamment des pensionnats autochtones, ils espèrent obtenir une dérogation. 

• À lire aussi: «Ils ont tué mon âme»: des membres des Premières Nations témoignent de l'horreur des pensionnats

Sebastian Gomez, qui est allophone, a tenu à afficher son soutien au projet de loi 96, qu’il voudrait voir encore plus sévère qu’il ne l’est actuellement. Celui dont la langue maternelle est l’espagnol croit que c’est primordial de protéger la langue française dans la province.   

Sebastian Gomez était présent à une manifestation en appui au projet de loi 96 qui vise à protéger le français au Québec.

Geneviève Abran

Sebastian Gomez était présent à une manifestation en appui au projet de loi 96 qui vise à protéger le français au Québec.

Il y a quatre ans, Sebastien Gomez a choisi d’immigrer au Québec, seule société francophone en Amérique du Nord, afin de s’imprégner de cette langue qu’il aime tant.    

– Avec des informations de l'Agence QMI