Fin du règne climatosceptique en Australie: le nouveau premier ministre jure de s’attaquer aux changements climatiques | 24 heures
/environment

Fin du règne climatosceptique en Australie: le nouveau premier ministre jure de s’attaquer aux changements climatiques

Anthony Albanese, nouveau premier ministre de l'Australie
AFP

Anthony Albanese, nouveau premier ministre de l'Australie

Durement touchée par les inondations et les feux de forêt, l’Australie a montré la porte à son premier ministre climatosceptique, dimanche, pour élire un nouveau leader qui jure de s’attaquer aux changements climatiques.

• À lire aussi: Il nous reste 3 ans pour agir: ce qu'il faut faire pour sauver la planète, selon le GIEC

• À lire aussi: La décroissance: seule solution à la crise climatique?

Élu samedi, Anthony Albanese, chef du Parti travailliste, a notamment promis d’adopter des objectifs plus ambitieux en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) et de transformer l’Australie en «superpuissance» des énergies renouvelables. 

Il a promis de réduire de 43% les émissions d’ici 2030. Son prédécesseur conservateur Scott Morisson, au climatoscepticisme affiché, avait été critiqué pour s’en tenir à un objectif de -28% en 2030 par rapport à 2005. 

M. Albanese a aussi répété plusieurs fois qu’il entendait mettre fin aux «guerres climatiques», en référence aux batailles internes entourant la politique climatique australienne, qui durent depuis une décennie. 

«Nous pouvons être une superpuissance des énergies renouvelables qui utilise de l’énergie propre et abordable pour soutenir les nouvelles industries», avait-il déclaré lors du lancement de sa campagne, en avril. 

Jusqu’à présent, il est toutefois resté sourd aux appels pour en finir avec le charbon, qui reste un des moteurs de l’économie du pays et compte de nombreux partisans chez les travaillistes. 

Un bilan écologique désastreux

Au cours du mandat de son prédécesseur, l’Australie a connu des catastrophes naturelles sans précédent: des feux de forêt qui ont détruit une superficie équivalant à celle de la Finlande, des inondations répétées et dévastatrices, et de longues périodes de sécheresse. 

• À lire aussi: Inondations en Australie: 20 morts, Sydney évacuée

Malgré tout, Scott Morrison a toujours affiché un soutien inconditionnel à l’industrie du charbon et s’est montré réticent à agir lors des négociations internationales sur le climat. 

Ce bilan écologique désastreux a permis à une vingtaine de candidats indépendants engagés en matière d’environnement de remporter de nombreux sièges, notamment dans des circonscriptions qui étaient des fiefs de la coalition libérale de M. Morrison. 

Une première mission au Japon

Moins de 48 heures après la victoire de son parti, Anthony Albanese s’est envolé pour le Japon, où il participe, mardi, au sommet du Quad (États-Unis, Japon, Inde et Australie). 

Ce premier voyage officiel à l’étranger est «un bon moyen d’envoyer un message au monde: il y a un nouveau gouvernement en Australie», a déclaré M. Albanese lors de sa première conférence de presse en tant que premier ministre. «C’est un gouvernement qui représente un changement dans la façon dont nous traiterons avec le monde sur des questions comme le changement climatique.»

– Avec l'AFP

Sur le même sujet