Vous pourriez perdre 58 heures de sommeil par année d'ici 2099 à cause des changements climatiques | 24 heures
/bref

Vous pourriez perdre 58 heures de sommeil par année d'ici 2099 à cause des changements climatiques

Image principale de l'article 58 heures de sommeil perdues par année
Agence QMI

L’humain passe le tiers de sa vie à dormir. Mais voilà qu’en raison des changements climatiques, on pourrait perdre jusqu’à 58 heures de sommeil par année, selon une nouvelle étude publiée dans la revue scientifique One Earth. 

• À lire aussi: Des marqueurs clés du changement climatique ont battu de nouveaux records en 2021, selon l’ONU

• À lire aussi: La pollution tue prématurément 9 millions de personnes dans le monde chaque année

• À lire aussi: 425 «bombes carbone» prêtes à anéantir la lutte contre les changements climatiques  

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont analysé pendant six mois le sommeil de plus de 47 000 personnes de 68 pays différents, grâce à un bracelet muni d’accéléromètres internes. Plus de sept millions de nuits de sommeil ont ainsi pu être épluchées. 

Les personnes de 18 à 64 ans devraient, dans le meilleur des mondes, dormir sept à neuf heures par nuit. 

Or l'étude a révélé qu’une personne perd déjà en moyenne 44 heures de sommeil par année, 11 de ses nuits comptant moins de 7 heures de sommeil.

Les femmes plus touchées  

La chaleur serait l'une des raisons des nuits de sommeil écourtées. Le sommeil des femmes serait d'ailleurs plus affecté par la chaleur que celui des hommes. Les données de l'étude montrent en effet que la perte de sommeil par degré de réchauffement est environ 25% plus importante chez les femmes que chez les hommes.

Parce que les femmes ont généralement plus de graisse sous-cutanée que les hommes, leur corps aurait plus de mal à se refroidir, avance-t-on dans l'étude. 

AFP

Les habitants des pays pauvres sont également plus susceptibles de perdre des heures de sommeil, puisqu’ils ont moins accès à des ventilateurs ou à l'air conditionné.

Le seuil de 25 °C  

Lorsque le mercure dépasse les 25 °C la nuit, le sommeil d'une grande proportion de la population s'en trouve écourté. Sur 100 000 personnes, 4600 dorment des nuits de moins de sept heures dans ces conditions. 

«Et si l'on considère la vague de chaleur qui sévit actuellement en Inde et au Pakistan, on parle de milliards d'individus exposés à des conditions susceptibles d'entraîner une perte de sommeil considérable», a déclaré au quotidien The Guardian Kelton Minor, le professeur de l’Université de Copenhague, au Danemark, qui a dirigé l'étude.

AFP

• À lire aussi: Il a fait 51 °C au Pakistan: vivre sur la ligne de front du changement climatique

Les personnes qui habitent déjà dans un pays chaud ne sont pas épargnées par la hausse des températures nocturnes.

«Fait inquiétant, nous avons constaté que les gens qui vivaient déjà dans des climats plus chauds souffraient d’une plus grande érosion du sommeil par degré d’élévation de la température, explique le chercheur. Nous nous attendions à ce que ces personnes soient mieux adaptées.»

– Avec les informations de The Guardian et CNN