«Que faisons-nous?»: le cri du cœur d'un sénateur américain contre les armes à feu | 24 heures
/bref

«Que faisons-nous?»: le cri du cœur d'un sénateur américain contre les armes à feu

Image principale de l'article [VIDÉO] Armes à feu: le cri du cœur d'un sénateur

«Que faisons-nous?»: c’est ce qu’a répété le sénateur démocrate Chris Murphy à ses collègues républicains à la suite de la tuerie qui a fait 21 morts, dont 19 enfants, mardi, dans une école primaire du Texas.

• À lire aussi: Ce qu'on sait sur la fusillade raciste survenue à Buffalo samedi

• À lire aussi: Les 11 fusillades les plus marquantes dans des écoles aux États-Unis

Visiblement ébranlé, l’élu du Connecticut a «supplié» le Sénat d’agir, assurant que ces tragédies n’étaient pas «inévitables».

Quelques jours après qu’un tireur est entré dans une épicerie de Buffalo pour tuer des Afro-Américains, «on a un autre Sandy Hook entre les mains», a-t-il lancé. 

Il y a pratiquement 10 ans, Chris Murphy a vécu de près ce qui est devenu la pire tuerie de masse dans une école primaire. En décembre 2012, à l’école primaire Sandy Hook, un homme de 20 ans avait tué 26 personnes, dont 20 enfants âgés de 6 et 7 ans. L’homme politique avait rencontré les parents de son district touchés par la tragédie.

«Cela n’arrive que dans ce pays, et nulle part ailleurs. Dans aucun autre pays, les enfants ne vont à l’école en pensant qu’ils pourraient se faire tirer dessus [...] et c’est un choix. Notre choix», a déploré le sénateur, rappelant qu’il y avait «davantage de tueries de masse qu’il y a de jours dans une année» aux États-Unis.  

AFP

AFP

AFP

Il a appelé ses collèges à prendre leurs responsabilités. 

«Pourquoi vous donnez-vous tant de mal à obtenir ce poste [de sénateur], à vous mettre en position d’autorité, si, alors que le nombre de tueries augmente et que les enfants doivent courir pour leur vie, nous ne faisons rien?», a-t-il demandé.

Dans un tweet, le sénateur Murphy a réitéré que s’il y a «un seul» de ses collègues républicains qui est poussé à agir par ce qui s’est passé aujourd’hui, il était prêt «à faire des compromis pour sauver des vies».