Ottawa veut geler la vente et l’achat des armes de poing | 24 heures
/bref

Ottawa veut geler la vente et l’achat des armes de poing

Image principale de l'article Armes de poing: Ottawa propose un gel national
Photo Adobe Stock

OTTAWA | Le gouvernement Trudeau propose dans sa nouvelle loi encadrant les armes à feu un gel national des armes de poing empêchant leur achat, leur vente ou leur transfert à l’échelle du pays. Ce gel devrait entrer en vigueur l’automne prochain.

• À lire aussi: Comment la société américaine pousse des jeunes à commettre l’irréparable

• À lire aussi: Pourquoi les Américains tiennent tant au deuxième amendement... et à leurs fusils

«Des victimes des armes à feu, il y en a eu beaucoup trop», a affirmé Justin Trudeau en conférence de presse à Ottawa, lundi après-midi.  

«Il ne sera plus possible d’acheter, vendre, transférer et importer une arme de poing au Canada.»  

Les libéraux de Justin Trudeau vont donc beaucoup plus loin qu’il ne l’avait promis en campagne électorale.  

L’automne dernier, le Parti libéral fédéral suggérait de donner aux provinces le pouvoir d’interdire ces armes.  

Or, certains, dont la mairesse de Montréal Valérie Plante, craignaient que cela ait comme conséquence de créer une courte pointe inefficace de règles à l’échelle du pays. 

«La violence armée est un problème complexe, mais en fin de compte, le calcul est assez simple : moins il y a d'armes dans nos rues, plus nos communautés sont sûres», a commenté le premier ministre Trudeau. 

Le ministre de la Sécurité publique, Marco Mendicino, a ajouté que des armes de poing était impliqué dans 75% des vols avec violence et 60% des homicides.  

Le projet de loi suggère aussi la révocation du permis d’arme des personnes impliquées dans des actes de violence domestique ou de harcèlement criminel. 

«Dans le cadre de ce nouveau projet de loi, on s’attaque aussi à l’importation illégale et au trafic d’armes à feu en augmentant les sanctions pénales maximales», a aussi indiqué Justin Trudeau, entouré de militants pour un meilleur contrôle des armes à feu.  

Autre mesure: Ottawa exigera que les chargeurs d’armes d’épaule ne pourront contenir plus de cinq cartouches.