«Comme si le mur de Berlin était tombé»: Shanghai se déconfine et retrouve un peu de liberté | 24 heures
/bref

«Comme si le mur de Berlin était tombé»: Shanghai se déconfine et retrouve un peu de liberté

Image principale de l'article «Comme si le mur de Berlin était tombé» à Shanghai
AFP

Confinés depuis la fin mars pour stopper une flambée de cas de COVID-19 sans précédent, Shanghai et ses 25 millions d’habitants retrouvent lentement mais sûrement, depuis mercredi, un peu de liberté.

• À lire aussi: 5000 Chinois en isolement parce qu’un homme a enfreint les règles

• À lire aussi: Une femme a vécu un mois dans une cabine téléphonique

• À lire aussi: Déclaré mort, un homme se réveille... dans un sac mortuaire

De nombreuses restrictions ont été assouplies pour les habitants de la capitale économique chinoise, qui ont maintenant le droit de se déplacer librement dans la mégapole. 

Un traumatisme collectif  

«Comme si le mur de Berlin était tombé», lance Grace Guan, une Shanghaïenne de 35 ans, pour parler du soulagement que lui apporte la fin du confinement.

«On a l’impression d’avoir tous vécu un grand traumatisme, un traumatisme collectif», rapporte à l’AFP Mme Guan, qui est sortie dès minuit dans les rues, où plusieurs personnes étaient en train de célébrer le déconfinement, bière à la main. 

AFP

D’ailleurs, des ouvriers sont à l'œuvre pour retirer les hautes barrières qui encerclaient les immeubles.

AFP

«C’est le moment que nous attendions depuis longtemps», s’est félicitée la mairie de Shanghai sur les réseaux sociaux.

Un retour à la normale tardif  

La vie reprend, certes, mais pas complètement. Le métro et les bus sont à nouveau fonctionnels, mais les centres commerciaux et les salons de beauté ne peuvent fonctionner qu’à 75% de leur capacité. 

AFP

Les parcs et les sites touristiques peuvent rouvrir de façon progressive, alors que les salles de sport et les cinémas restent fermés. La réouverture des établissements scolaires se fera au cas par cas. Le port du masque reste pour sa part obligatoire.

AFP

Les autorités locales ne s’en cachent pas: le retour total à la normale n’est pas pour tout de suite et plus d’un demi-million de personnes restent soumises mercredi à des restrictions.

«Il convient pour l’heure de ne pas baisser la garde, afin de consolider nos acquis en matière de prévention et de contrôle de l’épidémie», ont-elles souligné.

AFP

Fin de la stratégie zéro-COVID?   

Non, ce n’est pas la fin de la stratégie zéro-COVID-19 en Chine. Les quarantaines et les confinements pourront être réinstaurés si des cas sont rapportés. 

Mercredi, le ministère de la Santé ne rapportait que 15 nouveaux cas en 24 heures à Shanghai, comparativement à plus de 25 000 à la fin avril.

AFP

Depuis le début du confinement ultra-strict, de nombreux Chinois étaient révoltés par les problèmes d’approvisionnement, tant en nourriture qu’en soins médicaux. Plusieurs habitants de Shanghai avaient peur de mourir de faim chez eux.

• À lire aussi: Confinement ultra-strict à Shanghai: des habitants craignent de mourir de faim

Le confinement de Shanghai a été le deuxième parmi les plus longs en Chine. En 2020, au début de la pandémie, Wuhan avait été confinée 76 jours.

– Avec les informations de l’AFP