À la rencontre des cyclistes du Tour de l'Île de Montréal | 24 heures
/bref

À la rencontre des cyclistes du Tour de l'Île de Montréal

Des milliers de cyclistes se sont baladés dans les rues de Montréal, dimanche, à l'occasion du Tour de l’Île.

• À lire aussi: Plus de vélos cargos et moins de camionnettes dans les centres-villes américains

Cet événement, très attendu par les amateurs de vélo, a causé certaines perturbations pour les automobilistes, puisque plusieurs rues ont été fermées jusqu’à 16h. Entièrement fermé à la circulation automobile, le parcours de 36 km traverse sept arrondissements de la métropole ainsi que la ville de Westmount. 

On a demandé à des cyclistes leur opinion sur le partage de la rue et le Tour de l'Île en général. Voici quelques-uns de leurs commentaires, en vrac. 

«La ville devrait appartenir aux piétons et aux cyclistes. Il y a trop d'autos», nous a dit un cycliste qui en était à son 26e Tour de l'Île. 

«Les gens en auto, c'est vraiment abusif. Donc [le Tour de l'Île] nous sensibilise à un autre mode de transport que les voitures individuelles qui polluent, en fait», a affirmé une cycliste qui abondait dans le même sens.

«Il y a bien des familles qui n'ont pas le choix d'avoir une voiture pour leurs enfants. Donc je pense que ça dépend du besoin de la communauté», a souligné une cycliste, nuancée.

Les premiers cyclistes sont partis à 9h30 de trois points de départ: le parc La Fontaine, sur Le Plateau-Mont-Royal, le parc Macdonald, dans l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, et le parc Angrignon, dans le Sud-Ouest. La dernière vague, quant à elle, a quitté le point de départ à 11h.

Avec des informations de l'Agence QMI

À VOIR AUSSI  

s