Côte-Nord: des organismes se mobilisent pour relancer le projet de parc national du Lac Walker | 24 heures
/environment

Côte-Nord: des organismes se mobilisent pour relancer le projet de parc national du Lac Walker

Image principale de l'article Un parc national demandé au Lac Walker
Marcel Houle

Une vingtaine d'organismes de la Côte-Nord et la Société pour la nature et les parcs (SNAP Québec) ont formé une coalition en faveur de la création du parc national du Lac Walker sur la Côte-Nord.

• À lire aussi: Détruire une forêt pour construire une autoroute

• À lire aussi: Des citoyens veulent protéger une des dernières forêts en bordure du lac Saint-Jean

Ce projet a été suspendu en 2020 et ses défenseurs souhaitent qu'ils devinent un enjeu électoral.

Situé à 30 km au nord de Port-Cartier, le lac Walker est le plus profond du Québec (280 mètres). Tout autour se trouvent des paysages à couper le souffle et un territoire représentatif de la forêt boréale. Des espèces menacées s'y trouvent, notamment le caribou forestier et le garrot d'Islande. Les démarches pour en faire un parc national ont débuté en 2003 et se sont poursuivies jusqu'en 2020 alors que le ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs a suspendu le projet.

La coalition formée pour relancer le projet inclurait également la création d'une réserve de biodiversité. Cette formule permettrait la poursuite d'activité de chasse et de trappe tout en protégeant le territoire d'activité minière et forestière.

«Ce qui est envisagé, ce serait un parc national autour du lac Walker qui engloberait la portion où se trouve le camping. Le reste deviendrait une réserve de biodiversité», a expliqué Véronique Bussières, responsable de la conservation bioculturelle et marine à SNAP Québec.

«Au niveau régional, il y a 20 organisations qui ont joint la coalition. C'est vraiment un projet qui mobilise, c'est un projet d'une grande valeur, ça été confirmé et répété. Honnêtement, on ne comprend pas trop pourquoi ce projet-là a été mis sur la glace, c'est vraiment paradoxal. Les gens veulent avoir accès au milieu naturel. Ici on est proche de la nature, mais ce 'n’est pas si facile d'y avoir accès.»

Un projet appuyé par la population

Selon Environnement Côte-Nord, la création du parc bénéficie déjà de l'appui de la population. Des infrastructures comme des chemins, des routes, un camping existent déjà. La réserve faunique Port-Cartier-Sept-Îles offre des services sur ce territoire.

Pour la directrice générale adjointe de l'organisme, Caroline Cloutier, tout est en place pour que le gouvernent relance le dossier. «Au niveau des parcs nationaux, il n’y a pas eu de création de parcs sur le territoire québécois depuis maintenant six ans. C’est le moment idéal pour le gouvernement de marquer des points à l’aube des élections et de venir créer un projet qu’on attend depuis 15 ans sur la Côte-Nord. C’est un projet offert sur un plateau d’argent», a-t-elle indiqué.

Pour interpeller le gouvernent Legault sur ce dossier, le maire de Port-Cartier et préfet de la MRC de Sept-Rivières, Alain Thibault, n'a pas pris de détour. Selon lui, si la CAQ veut ravir la circonscription de Duplessis au Parti Québécois, il a intérêt à annoncer la création du parc.

«De soutenir le projet et de le réaliser, je pense que c'est une belle carte de visite pour la CAQ. S'ils veulent prendre le comté», a indiqué Alain Thibault.

La coalition invite d'autres organismes intéressés au projet à se joindre au mouvement. Une pétition a été mise en ligne pour permettre à la population de manifester son appui.

Sur le même sujet